Marchés français ouverture 1 h 52 min
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,69 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,43 (-1,25 %)
     
  • Nikkei 225

    28 973,46
    -249,31 (-0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,0170
    -0,0010 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    19 797,71
    -124,74 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    23 010,58
    -834,48 (-3,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    556,36
    -16,45 (-2,87 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     

L'or noir remplit les poches du Moyen-Orient

OPAZ 2021

La flambée des cours du pétrole, que l'Opep freine a minima, donne des ailes à Oman, au Qatar ou à l'Arabie saoudite. Un carburant puissant pour relancer leurs spectaculaires projets de diversification économique.

A l'occasion de leur dernière rencontre, le 30 juin, les membres de l'Opep n'ont pas dévié de la ligne observée depuis l'invasion de l'Ukraine. Entrouvrir les vannes pour ne pas froisser les pays consommateurs, mais pas suffisamment pour freiner l'envolée des cours. Avec moins d'1 million de barils par jour de brut et environ 50 milliards de mètres cubes de gaz en 2021, Oman est un petit producteur, qui ne fait pas partie de l'organisation. Mais il en profite à fond. La flambée de l'énergie est une bénédiction. C'est même un électrochoc pour une économie alanguie depuis deux ans par la pandémie de Covid. Cette manne inespérée, le sultan Haïtham ben Tariq, qui a succédé à l'inamovible Qabus ibn Saïd en 2020, n'a pas l'intention de la gaspiller.

Carrefour omanais

"Quand le sultan Haïtham a pris les rênes du pouvoir, les cours du pétrole étaient bas et la pandémie faisait rage, explique Sayyid Badr al-Busaidi, ministre des Affaires étrangères . Les réformes, qui sont devenues aujourd'hui d'autant plus nécessaires, consistent d'abord à réduire la dette et les dépenses publiques, notamment les subventions. Parallèlement, l'objectif est de faire émerger de nouveaux secteurs d'activité afin d'augmenter les recettes et d'encourager le secteur privé."

Concrètement, une TVA de 5% a été instaurée l'année dernière. Le nombre de ministres a été réduit de 32 à 21 et les fonctionnaires ayant accompli plus de trente ans de service ont été d'office mis à la retraite. Le fonds souverain du pays, Oman Investment Authority a été restructuré par le nouveau sultan pour soutenir la croissance et donner du travail aux 700.000 jeunes qui vont arriver sur le marché de l'emploi d'ici dix ans.

A cheval entre le détroit d'Ormuz et l'océan Indien, la situation géographique du sultanat est exceptionnelle. "Nous avons le désert dans le dos et nous regardons la mer, avec en face l'Asie, notre ligne d'horizon", souligne un diplomate omanais. Avec les ports de Sohar (fret), de Salalah (transbordement[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles