Marchés français ouverture 4 h 20 min
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    29 004,41
    -554,69 (-1,88 %)
     
  • EUR/USD

    1,2055
    -0,0012 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    29 140,76
    -739,66 (-2,48 %)
     
  • BTC-EUR

    41 705,11
    +937,33 (+2,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 005,76
    +17,67 (+1,79 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

L'Oréal monte un board diversité et inclusion

·2 min de lecture

L'Oréal a réuni pour la première fois son board diversité et inclusion. Un conseil consultatif utile pour améliorer ses politiques RH et la lutte contre les stéréotypes ethniques en entreprise, quelques mois après le renforcement de Black Lives Matter. A quoi va-t-il servir?

En matière de diversité, L’Oréal en rajoute une couche. Engagée pour la diversité et en quête d’une clientèle sur tous les continents, la multinationale du maquillage et de la beauté a réuni le 19 janvier son premier conseil consultatif sur la diversité et l’inclusion. Cette nouvelle instance réunira trois fois par an 11 experts et 8 membres du groupe chargés "d’amorcer des discussions libres sur les politiques diversité du groupe", résume Margaret Johnston-Clarke, directrice de la diversité du groupe à l’international et animatrice de ce conseil aux côtés du PDG, Jean-Paul Agon.

Des expert.e.s pour analyser les formations à la diversité

"En ressources humaines, nous avons l’habitude de lancer des projets, de tester. Cette idée de board est venue du renforcement du mouvement Black Lives Matter et de la mort tragique de George Floyd qui a dépassé les frontières américaines, . Les attentes de nos collaborateurs et de nos clients ont changé, le sujet de l’inclusion et de la lutte contre le racisme est devenu une priorité. Nous en avons parlé avec le PDG, le DRH du groupe et le directeur général américain." La méthode sera dupliquée dans une poignée de pays très demandeurs où ont été organisées des sessions d’écoute sur le racisme vécu par les salariés: les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Irlande.

comme la philosophe du genre, de la race et de l’intersectionnalité Djamila Ribeiro, l’économiste et entrepreneuse sociale Shruti Kapoor, le président du département des études africaines-américaines de l’Université de Princeton Eddie S. Glaude Jr, la spécialiste genre et ressources humaines Françoise Bouyer et le sociologue Michel Wieviorka pour la France. A priori, cette méthode de board peut sembler tarte à la crème, mais plusieurs études en économie comportementale montrent qu’elle est efficace autant pour convaincre les directions des bienfaits de la diversité que pour mieux intégrer les minorités dans l’entreprise et capter une clientèle plus diverse.

Pour cette pr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi