Marchés français ouverture 6 h 37 min
  • Dow Jones

    31 880,24
    +618,34 (+1,98 %)
     
  • Nasdaq

    11 535,27
    +180,66 (+1,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 935,19
    -66,33 (-0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0678
    -0,0018 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    27 350,05
    -1 274,78 (-4,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    654,07
    -20,81 (-3,08 %)
     
  • S&P 500

    3 973,75
    +72,39 (+1,86 %)
     

Londres fête un an de Brexit amer

·2 min de lecture

Un choc économique puissant, mais pas de cataclysme: le premier bilan montre une Grande-Bretagne hors de l'Union affaiblie et résignée.

, le 24 décembre 2020, se félicitait de ce que le Trade and Cooperation Agreement (TCA) qu'il venait de signer avec Bruxelles pour sortir de l'Union européenne promettait un avenir radieux au Royaume-Uni: il n'y aurait pas plus de barrières au commerce, mais l'île pourrait dicter ses standards au continent de sorte que ses industries pourraient même exporter plus qu'avant vers l'Union. Un an après, qu'en est-il?

Même si la pandémie a brouillé le bilan, les chiffres actent la désillusion. L'Office for Budget Responsability, organisme lié au Parlement chargé de surveiller les finances publiques, estime ainsi que, sur le long terme, la sortie de l fera chuter la productivité britannique d'environ 4%. Le choc économique se fait sentir dans les échanges de biens avec l'UE, soumis à bien plus de paperasserie. Du coup, depuis début 2021, par rapport à ses voisins, ses exportations étaient en retrait de 11% et ses importations de 16%.

City touchée mais pas coulée

Nombre d'entreprises européennes préfèrent s'éviter les nouveaux tracas qu'implique l'expédition de produits vers un marché britannique somme toute modeste; et 17% des exportateurs du pays ont renoncé à jouer la carte européenne. Les coûts douaniers ont augmenté de 25% sur les onze premiers mois de 2021 par rapport à la même période en 2019, les embouteillages et la flambée des prix du fret maritime ont été pires qu'en Europe. Les exemples se multiplient de sociétés délocalisant certaines activités sur le continent plutôt que d'exporter, comme l'enseigne de prêt-à-porter JD Sports ou la chaîne Marks & Spencer. Au moins 8% des entreprises manufacturières et 12% des commerces de gros ou de détail auraient modifié leurs chaînes d'approvisionnement depuis le Brexit.

C'est pire dans les services, à peu près exclus du TCA entre Londres et Bruxelles. Sur le premier semestre 2021, les imports de services ont chuté de 37% et les exports de 11,5% entre le Royaume-Uni et l'UE, selon le think tank Trade Policy Observa-tory. Le[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles