La bourse ferme dans 5 h 1 min
  • CAC 40

    5 611,11
    -0,58 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 598,55
    -1,00 (-0,03 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2077
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 835,30
    +5,40 (+0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    29 761,00
    -122,51 (-0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    697,61
    -37,53 (-5,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,48
    +0,12 (+0,23 %)
     
  • DAX

    13 830,85
    +43,12 (+0,31 %)
     
  • FTSE 100

    6 740,84
    +5,13 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3547
    -0,0037 (-0,27 %)
     

L'Olympique lyonnais cherche un vaccin hors du foot

·2 min de lecture

Privé de compétition européenne, le club lyonnais mise sur des partenariats en France et à l'étranger pour redresser des comptes plombés par la pandémie.

A ce petit jeu, Jean-Michel Aulas mettra-t-il la Ligue 1 du rasoir, avec son principal diffuseur Mediapro qui ne paie sur la paille ? Déjà sur le fil plus ses factures, le championnat vit pour l'instant à crédit. Malgré tout, le président de l'Olympique lyonnais (OL) poursuit son combat judiciaire, engagé depuis l'arrêt précoce de la saison dernière. Il réclame toujours 117 millions d'euros à la Ligue de football professionnel pour le préjudice subi. Avec la pandémie, les revenus du club ont chuté de 12 % sur l'exercice clos au 30 juin 2020 et plongé les comptes dans le rouge. Une rareté pour l'OL qui possède son propre stade, s'affiche comme le seul club français coté et vend chaque année ses meilleurs joueurs formés au club. Le dernier trimestre accuse une baisse de 20 % des revenus à cause de la crise sanitaire et une forte révision de la billetterie (- 88 %).

Deux défaites juridiques

Côté juridique, peu importe que le club ait déjà perdu en référé, puis sur le fond devant le Conseil d'Etat. « La deuxième vague de la pandémie démontre à l'évidence la faute de la Ligue lors du premier confinement, explique le patron de l'OL. Aujourd'hui, le football continue. C'est reconnaître que j'avais raison à l'époque. » Ce combat indemnitaire est jugé indécent par de nombreux présidents de Ligue 1. Pourtant en off, celui d'un club influent concède que « Lyon avait raison de vouloir continuer la saison. Mais l'Etat et Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, voulaient arrêter ». Lyon a ainsi fini e la saison dernière. Hors des places européennes. Une infamie pour Jean-Michel Aulas. « Nous avons été doublement sanctionnés : cela nous e qualification consécutive en coupe d'Europe, sans compter les revenus de l'UEFA de la compétition. » Le bon parcours de Lyon en Ligue des champions, jusqu'en demi-finales, lui a toutefois permis de récolter 26,5 millions d'euros.

La stratégie du club est saluée par l'analyste d'Euroland Corporate Sid Bachir. « Même s'il s[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi