La bourse ferme dans 5 h 50 min
  • CAC 40

    6 655,12
    -14,73 (-0,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 163,61
    -3,22 (-0,08 %)
     
  • Dow Jones

    35 457,31
    +198,70 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1628
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 778,50
    +8,00 (+0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    55 049,33
    +1 050,71 (+1,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 482,70
    +19,34 (+1,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,25
    -0,71 (-0,86 %)
     
  • DAX

    15 527,96
    +12,13 (+0,08 %)
     
  • FTSE 100

    7 212,17
    -5,36 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    15 129,09
    +107,28 (+0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 519,63
    +33,17 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 255,55
    +40,03 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    26 136,02
    +348,81 (+1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3775
    -0,0019 (-0,14 %)
     

Loi Egalim2: C'est Qui le Patron veut s'inviter dans les négociations entre agriculteurs et industriels

·2 min de lecture

INTERVIEW - Au moment où le Parlement discute de la nouvelle loi Egalim2, le fondateur du collectif de consommateurs "C'est Qui le Patron?!" propose d'apposer son logo à toutes les marques qui accepteront de se soumettre au contrôle de ses 12.000 sociétaires, pour mieux rémunérer les agriculteurs.

La proposition de loi du député LREM Grégory Besson-Moreau, dite "Egalim 2", arrive au Sénat ce lundi 20 septembre. Hasard du calendrier, les négociations annuelles entre les acheteurs de la grande distribution et leurs fournisseurs débutent au même moment. La proposition de loi déjà adoptée à l'unanimité en première lecture fin juin par l'Assemblée nationale, entend redonner aux agriculteurs des marges de manoeuvre dans la négociation des prix qui leur sont payés pour la vente de leur production.

Le fondateur de la marque solidaire "C'est Qui le Patron?!", pour les producteurs de lait notamment, plaide pour que cette loi soit amendée afin que les membres de sa coopérative de consommateurs puissent participer au bras de fer annuel sur les prix alimentaires. Des membres qui ont accepté récemment par un vote majoritaire que leur label puisse être apposé sur d'autres marques commerciales, comme un label, à partir du moment où elles acceptent de mieux rémunérer les producteurs.

Challenges - Quatre ans après et le vote de , le bilan paraît négatif. Les prix alimentaires ne rémunèrent pas mieux les agriculteurs?

Nicolas Chabanne - Nous ne sommes pas dans les coulisses des négociations commerciales, mais en effet cela n'a pas fonctionné. Il y a une grande inertie pour mettre en place des prix qui rémunèrent correctement les agriculteurs. Le consommateur veut bien faire un effort sur le prix mais à condition de savoir pourquoi et d'avoir l'assurance que cela permettra de mieux rémunérer les agriculteurs. Lors des états généraux de l'alimentation, nous y avons tous cru. D'autant que "C'est qui le patron?!" avait été souvent citée en exemple. Le président de la République lui-même nous avait longuement cité, et il nous avait convié à l'Elysée. Aujourd'hui cette proposition de loi part de très bonnes intentions mais nous avons toujours les mêmes causes et le risque d'avoir les mêmes effets. Il y a même un risque que cette loi ait des effets pervers. Nous sommes très attenti[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles