La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 110,17
    -636,09 (-1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Les logiciels de recrutement rejettent automatiquement des millions de candidats qualifiés

·1 min de lecture

Les entreprises font de plus en plus appel à des logiciels de recrutement pour filtrer les candidats à un poste, et pourtant elles peinent souvent à trouver des profils avec les qualifications demandées. Une étude publiée par la Harvard Business School a découvert que des millions de CV étaient automatiquement rejetés par ces logiciels, alors qu’ils pourraient parfaitement correspondre au poste.

L’étude s’est intéressée au recrutement aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne. 75 % des employeurs américains font appel à ce genre de logiciel. Cela a pour effet de créer une population de « travailleurs cachés », des personnes qui ne parviennent pas à trouver un emploi malgré leurs qualifications. Aux États-Unis ils seraient 27 millions, avec une proportion similaire au Royaume-Uni et en Allemagne.

Un système automatisé incapable de prendre en compte les cas particuliers

Les chercheurs expliquent ce phénomène par des logiciels qui sont focalisés sur des éléments négatifs. Un écart de six mois dans le CV suffit pour qu’un candidat soit automatiquement refusé. La population des travailleurs cachés est très diverse, avec notamment les aidants naturels, les anciens combattants, les immigrés, les personnes handicapées, les populations défavorisées ainsi que les personnes ayant un casier judiciaire.

Les logiciels rejettent également ceux qui ont les compétences mais pas le diplôme ou certificat spécifique demandé. Aussi, à cause de l’évolution rapide des nouvelles technologies, un nombre croissant de compétences ne peuvent être acquises qu’au travail… Pour résoudre ce problème, les chercheurs conseillent aux employeurs de ne plus chercher le candidat parfait, mais plutôt d’adapter leur recrutement pour prendre en compte les travailleurs cachés.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles