La bourse ferme dans 4 h
  • CAC 40

    6 823,88
    +58,36 (+0,86 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 107,80
    +27,65 (+0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1303
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • Gold future

    1 779,40
    -4,50 (-0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    43 109,22
    -1 066,67 (-2,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 245,46
    -196,30 (-13,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,46
    +2,20 (+3,32 %)
     
  • DAX

    15 244,84
    +74,86 (+0,49 %)
     
  • FTSE 100

    7 193,01
    +70,69 (+0,99 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    27 927,37
    -102,20 (-0,36 %)
     
  • HANG SENG

    23 349,38
    -417,31 (-1,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,3275
    +0,0040 (+0,30 %)
     

Le logiciel, talon d’Achille de la charge de la voiture électrique

·2 min de lecture

Rien de plus rageant qu’un chargeur qui refuse tout service. Soucieux d’épargner ce genre de déconvenues à ses clients, Ionity multiplie les tests d’interopérabilité et de compatibilité logicielle entre ses bornes et les véhicules électriques. Indispensable.

Le leader européen de la charge rapide sur autoroute Ionity mise gros sur l’adoption rapide par ses clients de la fonctionnalité “Plug & Charge”. Elle leur permet d’identifier leur véhicule et d’autoriser le prélèvement du montant du prix de la charge, via un processus d’authentification simplifié. Un peu comme ce qui se pratique depuis longtemps déjà chez Tesla, via son application pour smartphone.

En quête de nouveaux investisseurs pour financer son expansion, Ionity redoute toute mauvaise publicité qui viendrait perturber le bon déroulé du lancement du service Plug & Charge, très attendu par la clientèle. Il ne faudrait pas que se reproduise, par exemple, une panne informatique similaire à celle qui paralysa le réseau le 23 octobre dernier.

Les opérateurs de recharge veulent se prémunir contre les risques de pannes informatiques

Ce jour-là, en plein week-end de la Toussaint, la . Retardés et passablement frustrés, les clients s’en sont donnés à cœur-joie sur les réseaux sociaux, laissant libre-cours à leur déception. De quoi faire sérieusement douter les automobilistes qui considèrent remplacer la voiture principale du foyer par une tout-électrique.

Le point de vue des constructeurs membres du consortium Ionity est bien différent : à leurs yeux, les consommateurs n’ont que trop tardé à troquer leur Diesel contre une voiture 100 % électrique. Qu’il s’agisse du Groupe Volkswagen, du Groupe BMW, de Ford Motor Company, de Hyundai Motor Group ou bien de Daimler, tous sont sous la menace de lourdes amendes infligées par Bruxelles, s’ils ne parviennent pas à vendre suffisamment d’électriques pour tenir leurs objectifs CO2.

Trop peu de bornes de charge rapide, le long des grands axes européens

Le problème est que “celui qui ne conduit pas une Tesla est trop souvent confronté sur les grands axes européens à des chargeurs pris d’assaut, ou bien qui refusent tout service”, constate et déplore Georgeric Legros, directeur au sein du bureau automobile du bureau parisien d’[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Les drôles de calculs de la France sur les Bornes de charge auto électriqueLe gâchis des bornes de charge implantées loin des utilisateurs"France 2030" met l'accent sur les bornes de recharge et les avions "sobres"Badges, chargeurs incompatibles... pourquoi les voitures électriques sont inutilisablesBornes de charge publiques : fiabilité à améliorer

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles