La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 811,40
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 094,18
    -196,23 (-1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

L'OCDE s'inquiète des "risques d'évasion fiscale" des multinationales

AFP/Archives - Eric PIERMONT

Le manque de coordination internationale pour imposer une réforme sur la fiscalité des multinationales fait planer des "risques d'évasion fiscale", craint l'OCDE dans un rapport publié jeudi avec de nouvelles données.

Le manque de coordination internationale pour imposer une réforme sur la fiscalité des multinationales fait planer des "risques d'évasion fiscale", craint l'OCDE dans un rapport publié jeudi avec de nouvelles données.

Signé par une centaine de pays sous l'égide de l'institution internationale basée à Paris fin 2021, l'accord sur la fiscalité minimale des entreprises et une meilleure répartition des droits à taxer ces groupes tarde à être adopté en raison de blocages dans certaines régions, dont l'Europe.

Les grands groupes en première ligne

Or "de nouvelles données de l'OCDE mettent en lumière les risques d'évasion fiscale" de la part de ces grands groupes, a alerté l'OCDE dans la dernière édition annuelle de ses statistiques de l'impôt sur les sociétés, publiée jeudi.

Selon son analyse, menée auprès de 160 pays et juridictions et intégrant des déclarations des activités pays par pays effectuées par près de 7.000 entreprises multinationales, le chiffre d'affaires moyen réalisé par salarié est anormalement plus élevé au sein des juridictions appliquant un taux d'imposition nul sur les sociétés en comparaison avec celles appliquant un taux positif.

La valeur médiane du chiffre d'affaires par salarié est ainsi de 2 millions de dollars là où le taux d'imposition sur les bénéfices est nul, contre "à peine" 300.000 dollars dans les juridictions où il est supérieur à zéro, a calculé l'OCDE.

Lire aussiLe projet de l'OCDE pour taxer Google, Amazon, Facebook et Apple

L'organisation internationale montre aussi dans son rapport que l'analyse du détail du chiffre d'affaires des groupes localisés dans des centres d'investissement, en comparaison avec les groupes situés ailleurs, donne des indications de potentielles pratiques d'exploitation des inadéquations entre systèmes fiscaux.

La situation est d'autant plus problématique selon l'OCDE que l'imposition des sociétés "demeure une source importante de recettes fiscales pour la plupart des pays, en particulier dans les économies d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi