La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 370,68
    -686,65 (-2,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

L'OCDE relève sa prévision de croissance à 5,8% pour la France

·2 min de lecture

Dans sa dernière livraison de prévisions, l'organisation table sur une croissance de 5,8% en 2021 et 4,4% en 2022.

L'OCDE a revu une nouvelle fois à la hausse ses prévisions économiques lundi pour prendre en compte les progrès de la vaccination contre le COVID-19 et le maintien des soutiens massifs des autorités monétaires et budgétaires, tout en soulignant le caractère atypique et surtout inégal de la reprise en cours.

L'organisation pour la coopération et le développement économiques prévoit désormais une croissance mondiale de 5,8% cette année et de 4,4% l'an prochain après une contraction de 3,5% en 2020.

Sa prévision pour cette année est ainsi relevée de 0,2 point de pourcentage par rapport à celle de mars et sa prévision 2022 de 0,4 point.

"Si la reprise va ramener la majeure partie du monde aux niveaux de PIB d'avant la pandémie d'ici la fin 2022, c'est loin d'être suffisant", souligne néanmoins sa cheffe économiste, Laurence Boone.

"L'économie mondiale reste sous sa tendance de croissance pré-pandémique et dans de trop nombreux pays de l'OCDE, le niveau de vie fin 2022 ne sera pas revenu au niveau attendu avant la pandémie.

L'inflation menace

Elle regrette notamment l'insuffisance de la fourniture de vaccins aux pays émergents et à bas revenus, en soulignant que "le coût économique et social global du maintien de frontières fermées est sans commune mesure avec les coûts qui permettraient de rendre des vaccins, des tests et des équipements sanitaires plus largement disponibles pour ces pays".

Concernant l'inflation, devenue la principale préoccupation des marchés financiers ces derniers mois, Laurence Boone explique que les principaux facteurs à l'origine de la remontée récente des prix (hausse rapide des cours des matières premières, goulets d'étranglement dans certains secteurs, perturbations du commerce mondial) devraient commencer à s'atténuer en fin d'année.

Mais elle juge plus préoccupant "le risque que les marchés financiers ne regardent pas au-delà des hausses de prix temporaires et des ajustements de prix relatifs et poussent les taux d'intérêt de marché et la v[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles