Publicité
La bourse ferme dans 7 h 33 min
  • CAC 40

    8 019,41
    +37,90 (+0,47 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 932,49
    +18,36 (+0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 753,31
    -45,66 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0685
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    2 390,50
    +2,10 (+0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 295,29
    -2 215,50 (-3,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,07
    -0,62 (-0,75 %)
     
  • DAX

    17 807,65
    +37,63 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 884,23
    +36,24 (+0,46 %)
     
  • Nasdaq

    15 683,37
    -181,88 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    5 022,21
    -29,20 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 425,62
    +173,78 (+1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2474
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Location meublée : attention au redressement fiscal !

PIXABAY

Depuis 2018, la règle est simple : une personne ou un ménage est soumis à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) dès lors que son patrimoine immobilier affiche une valeur nette supérieure à 1,3 million d’euros au 1er janvier de l’année. Tous les biens à usage privé sont concernés, même les titres de sociétés immobilières détenus (SCPI, SCI…). Seuls ceux liés à une activité professionnelle sont exonérés. Et pour réduire la note, il existe plusieurs astuces légales comme la location meublée professionnelle. Il y a donc des règles en matière d’exonération dans ce cas précis, mais elles se sont complexifiées il y a peu.

C’est ce qu’a appris à ses dépens un couple, explique le site spécialisé SeLoger. Car dans les faits, comme le rappelait Capital, devenir loueur en meublé «professionnel» permet aussi d’éviter l’IFI. Mais pour être considéré comme professionnel, il faut remplir deux conditions : encaisser plus de 23 000 euros de loyers de meublés par an, et retirer de cette activité plus de 50% de revenus. Or, le couple en question qui se croyait exonéré, avait pris comme critère le montant des loyers perçus, selon SeLoger, alors qu’il aurait fallu prendre en compte le montant de son revenu de location net (toutes déductions faites).

Malgré les milliers d’euros de revenus bruts perçus, avec les frais (fonctionnement, entretien, crédit, etc.), ils ne percevaient quasiment aucun revenu. Mais pour être exonérés, il aurait fallu que les revenus issus de leurs locations meublées représentent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Location saisonnière : après Airbnb, une nouvelle assurance pour protéger les propriétaires
Location Airbnb : quelle fiscalité pour vos revenus de 2023 ?
Immobilier : au Pays basque, vendre ou acheter à des prix raisonnables, c'est possible
Prix de l'immobilier à Grasse en mars 2024 : les indices à l'achat et à la location
Prix de l'immobilier à Nice en mars 2024 : les indices à l'achat et à la location