La bourse ferme dans 4 h 38 min

La location d'actions, un outil simple pour l'entreprise

latribune.fr
 

Pourtant, le Ministère de l'Économie et des Finances estime que 185.000 entreprises seraient susceptibles d'être cédées chaque année et que cette proportion devrait même perdurer. A la clé, ce sont 750.000 emplois qu'il convient de sauvegarder mais aussi 150.000 qui pourraient émerger à la faveur des cessions-reprises. À ces prévisions, il y a aussi la réalité du terrain. 30.000 entreprises disparaissent tous les ans, faute de repreneurs, détruisant 37.000 emplois.

La location de droit sociaux et d'actions, bien que très prometteuse, n'a pas trouvé son public. Pourtant, un peu d'aménagement faciliterait son adoption. L'anticiper en cette période ralentie par le virus peut être une opportunité pour demain.

Pourquoi rencontrons-nous actuellement des obstacles ?

Le climat des affaires et la confiance en l'économie influencent les opérations de cessions-reprises. D'autres facteurs bien connus comme le financement, la gouvernance et plus généralement le risque sont également des freins identifiés.

Qu'est-ce que la location d'action et qu'est-ce qu'elle apporte ?

La loi Jacob-Dutreil a offert il y a 15 ans un outil efficace mais méconnu pour la cession-reprise d'activité, la location d'actions (ou de droits sociaux). Comme le démembrement, le bailleur est assimilé à un nu-propriétaire et le locataire à un usufruitier.

Elle réduit le recours aux garanties d'actifs-passifs en insérant progressivement le locataire dans la gouvernance de l'entreprise. Elle offre aussi une transparence et une meilleure appréciation des risques par le vote en assemblée générale. La participation aux bénéfices de l'entreprise facilite la constitution d'un apport, mais aussi la mise en place d'un Leverage Buy Out. La location d'actions est donc ce mécanisme permettant à un nouvel exploitant (locataire) d'une entreprise, d'acheter, à terme, les parts sociales louées, ce dernier bénéficiant ainsi d'une forme de

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr