La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 705,55
    +368,88 (+1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0265
    -0,0060 (-0,59 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    +10,10 (+0,56 %)
     
  • BTC-EUR

    23 591,73
    -132,68 (-0,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    576,20
    +4,92 (+0,86 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,65
    -2,69 (-2,85 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 023,76
    +243,84 (+1,91 %)
     
  • S&P 500

    4 271,84
    +64,57 (+1,53 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2135
    -0,0067 (-0,55 %)
     

Lobbying et menace d'une hausse des forfaits mobiles: les télécoms ripostent à la baisse des frais de résiliation

PHILIPPE HUGUEN / AFP

La loi pouvoir d'achat votée à l'Assemblée nationale baisse les frais de résiliation des abonnements téléphoniques et internet de plus d'un an. Ce discret dispositif pourrait entraîner de nouvelles turbulences sur le marché des forfaits téléphoniques tant les opérateurs menacent d'augmenter les prix s'il est maintenu au terme du processus législatif.

Il y a de la friture sur la ligne entre les et les députés. Une proposition du député Julien Dive secoue les relations entre les professionnels de la téléphonie et d'Internet (Bouygues, SFR, Orange, Free) et l'Assemblée nationale. Cet amendement de la loi pour le pouvoir d'achat, adopté en première lecture, prévoit de réduire considérablement les frais de résiliation des abonnements téléphoniques et internet de plus d'un an. Les Français, en cas de résiliation avant la deuxième année de leur contrat, n'auraient plus à payer 25% des frais restant sur cette deuxième année, jusqu'alors en vigueur. Mais les télécoms ne sont pas décidées à se laisser faire afin de préserver ce pan de leur modèle économique.

Face à ce potentiel manque à gagner, les télécoms expliquent à Challenges discuter avec les sénateurs et les députés. Objectif : surveiller l'évolution du texte pendant sa navette parlementaire. Selon ces entreprises, la fin des frais de résiliation sur la deuxième année d'abonnement pourrait faire augmenter les tarifs des abonnements - les plus bas d'Europe, notent-elles.

De quoi enrayer leur dynamique ? La loi est votée à un moment où, après dix années loin de la croissance, les entreprises des télécoms ont repris des couleurs en 2021. Elles ont enregistré une hausse de 2,5% de leur chiffre d'affaires, à 36,1 milliards d'euros. Telecom atteint même les 5% de croissance, et les 29% de marge opérationnelle, quatre points de plus qu'en 2011, avant l'arrivée de Free sur le marché.

La question des forfaits groupés divise

Les télécoms s'inquiètent tout particulièrement pour les offres groupant abonnement téléphonique et acquisition d'un mobile. Ces offres reposent sur le remboursement progressif du prix du terminal mobile par l'abonnement. Or, au bout d'un an, le prix du téléphone ne serait pas remboursé, selon les télécoms. Le texte proposé par Julien Dive incluait au départ ces forfaits groupés, mais Eric Bothorel, député LREM, les a exclus de l'amendement.

Ses argumen[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles