La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 490,56
    +157,07 (+0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Les livreurs sans-papiers de Frichti poursuivent leur combat contre la plateforme

·2 min de lecture

La situation des soixante-six livreurs sans-papiers qui avaient saisi les prud'hommes pour reconnaître l'existence d'un contrat de travail entre eux et la plateforme de livraison de repas Frichti sera examinée le 3 décembre.

Les soixante-six livreurs sans-papiers qui poursuivent Frichti aux prud’hommes seront fixés sur leur sort le 3 décembre prochain. Ils demandent la reconnaissance par la plateforme d’un contrat de travail entre eux et la plateforme. "Nous avons un dossier solide, nous sommes confiants pour la suite", avance Kevin Mention, l’avocat des livreurs à l’issue d’une audience de conciliation. "Ce procès, on a tous souffert et on va le gagner, a réagi Koné Cheick Mahamane à l'issue de l'audience de conciliation de ce jeudi 29 avril qui n'a pas abouti Frichti tremble, a peur de nous. Ils savent comment ils nous ont traités dans les bureaux. On veut la justice pour chacun de nous. Frichti nous a traités comme des esclaves."

L’affaire est née en juin suite sur les conditions de travail de ces livreurs. L’entreprise avait alors effectué un contrôle de tous ses livreurs, privant de travail 200 livreurs. Ces derniers s’étaient à grand bruit mobilisés pour demander la régularisation de leur situation.

Frichti se défend dans Challenges

La moitié de ces livreurs sans-papiers avaient obtenu l’accès à une procédure de régularisation en juillet 2020, ce qui leur permet de retravailler pour la plateforme. Pour ceux qui n’avaient pas pu être régularisés, l’entreprise Frichti avait mis en place un fonds de solidarité abondé par l’entreprise d’un montant de 1.400 euros par personne.

Pas suffisant selon l’avocat Kevin Mention: "nous demandons aux prud’hommes de reconnaître un contrat de travail entre les parties". En sus cela permettrait de requalifier la rupture de la collaboration en un "licenciement nul ou dépourvu de cause réelle et sérieuse". Les plaignants demandent des milliers d’euros à Frichti pour "rappels de salaire, indemnités pour travail dissimulé et travail illégal et dommages et intérêts", détaille l'avocat.

Face aux accusations, . Elle avait annoncé, en autres, le lancement d'un programme Tremplin, pour faciliter l'accès des livreurs autoentrepreneurs à l'emploi salarié.

(av[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi