La bourse ferme dans 7 h 17 min
  • CAC 40

    6 624,67
    -6,48 (-0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 119,56
    -2,87 (-0,07 %)
     
  • Dow Jones

    34 196,82
    +322,58 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,1946
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 783,50
    +6,80 (+0,38 %)
     
  • BTC-EUR

    28 643,10
    +867,47 (+3,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    819,57
    +32,95 (+4,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,53
    +0,23 (+0,31 %)
     
  • DAX

    15 572,96
    -16,27 (-0,10 %)
     
  • FTSE 100

    7 119,08
    +9,11 (+0,13 %)
     
  • Nasdaq

    14 369,71
    +97,98 (+0,69 %)
     
  • S&P 500

    4 266,49
    +24,65 (+0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    29 066,18
    +190,95 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    29 280,61
    +398,15 (+1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,3900
    -0,0021 (-0,15 %)
     

Un livreur Uber Eats traité "d'esclave" par une cliente

·1 min de lecture

Yaya, 34 ans, est encore sous le choc. Le 14 mai dernier, alors qu'il était chargé de livrer une commande KFC à une cliente, à Laval, le trentenaire a été victime de racisme. Comme le relate France Bleu Mayenne, jeudi 20 mai, alors qu'il approchait du lieu de la livraison, celui qui travaille pour Uber Eats a reçu un violent message : "Dépêche-toi esclave". À l'origine de cette attaque : la cliente de l'application.

Le livreur, originaire de Guinée-Conakry et arrivé en France en 2009, a été abasourdi par la violence de ce SMS, lui qui n'avait encore jamais été victime de racisme. Il a donc pris la décision de ne pas livrer la commande pour ne pas avoir à la confronter. "Je ne pouvais pas lui remettre sa commande parce que ces insultes, c'est insupportable. Une fois arrivé là-bas, on peut se bagarrer", explique-t-il. Le livreur a donc contacté la plateforme Uber Eats pour expliquer la situation, avant que la commande ne soit finalement annulée.

>> A lire aussi - "La situation va mal se terminer" : des résidents du Val-de-Marne excédés par les livreurs Uber Eats

Le lendemain, Yaya est allé porter plainte au commissariat de Laval pour "injure non-publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion". Un mois après les faits, le trentenaire a toujours du mal à digérer cette attaque gratuite. "Je n'arrive pas à dormir comme il faut, j'imagine tout le temps (les mots de la cliente)", raconte-t-il à France Bleu.

>> A lire aussi - Le roi de la cantine Sodexo s’allie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Action ouvre un premier magasin à Paris, déjà 600 en France
Gaz : remontées contre un projet de Total en Arctique, des ONG érigent des blocs de glace devant Bercy
Monoprix essuie un revers en justice, des salariés accusés de blocage indemnisés
128 magasins La Halle rachetés par Chaussea, feu vert des autorités
Natixis échappe à une amende de l’UE pour entente entre banques sur les obligations

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles