La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 731,69
    -365,57 (-1,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 224,53
    +96,68 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    26 423,47
    +269,66 (+1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0268
    -0,0156 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    21 853,07
    +22,72 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    19 214,77
    -290,37 (-1,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    426,42
    -13,60 (-3,09 %)
     
  • S&P 500

    3 801,58
    -23,75 (-0,62 %)
     

Livret A, PEL, assurance vie... Quels sont les placements boostés par la remontée des taux ?

Impact de la hausse des taux directeurs sur les produits d'épargne
Impact de la hausse des taux directeurs sur les produits d'épargne

C'est la fin d'une époque. Pendant des années, la Banque centrale européenne (BCE) a injecté en continu de l'argent pour soutenir l'économie européenne. Mais la donne est en train de changer. Au mois de mai, l'inflation en Europe a atteint 8,1%, soit son plus haut niveau depuis la création de la zone euro. Résultat ? Pour enrayer la hausse des prix, la BCE n'a plus le choix. Le jeudi 9 juin, à l'occasion du Conseil des gouverneurs, l'institution a annoncé la fin de son programme d'achats d'actifs, ainsi qu'une revalorisation de 25 points de base de ses taux directeurs, effective dès le 1er juillet prochain.

Hausse graduelle

La hausse reste pour l'instant mesurée. D'une part pour éviter de freiner la reprise économique, déjà fragilisée par les pertes de pouvoir d'achat des ménages. Et d'autre part pour éviter de mettre en difficulté les Etats fortement endettés, comme l'Espagne, l'Italie ou, dans une moindre mesure, la France.

« Compte tenu du niveau d'inflation, les taux directeurs devraient plutôt être proches de 5 ou 6% », estime l'économiste Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'épargne. Or, même après la hausse de juillet, les taux de la BCE ne seront que de -0,25% pour le taux de dépôt, 0,25% pour le taux de refinancement, et 0,5% pour la facilité de prêt marginal. « Ce changement de politique monétaire marque un tournant pour l'économie européenne. C'est la fin de l'environnement de taux bas qui prédomine depuis plusieurs années », reprend Philippe Crevel. D'autant que la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a d'ores et déjà prévenu que de nouvelles hausses de taux sont à prévoir à partir de septembre.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Retraite, loyers, livret A, APL, CAF... Les gagnants et les perdants des plus de 5% d'inflation
- Cette condition à remplir pour vous offrir une carte bancaire en métal de Boeing 747
- Prime d'activité : la hausse de 4% se précise pour juillet

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles