Marchés français ouverture 6 h 54 min
  • Dow Jones

    34 258,32
    +338,48 (+1,00 %)
     
  • Nasdaq

    14 896,85
    +150,45 (+1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,1690
    -0,0005 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    37 179,12
    +1 897,54 (+5,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 093,82
    +53,34 (+5,13 %)
     
  • S&P 500

    4 395,64
    +41,45 (+0,95 %)
     

Livret A : 1 Français sur 2 n'a pas vraiment besoin d'en avoir un

·1 min de lecture

Alors que plus de 8 Français sur 10 détiennent un Livret A, il n’est véritablement intéressant que pour la moitié d’entre eux. Les autres ont des alternatives plus rentables et adaptés.

Jamais les Français n’avaient collectivement déposé autant d’argent sur leur Livret A. A fin juillet, 344,4 milliards d’euros étaient logés sur les Livrets A, selon le dernier décompte de la Caisse des Dépôts, en hausse de 38 milliards d’euros (+12%) depuis les débuts de la crise sanitaire en mars 2020. Mais l’intérêt pour ce livret réglementé ne remonte pas à 18 mois. Vieux de 200 ans, il est un incontournable du patrimoine financier des Français, détenu par 82% des Français selon le dernier Observatoire de l’épargne réglementée. Un engouement porté également par les banques qui le mettent en haut de leur catalogue de livrets. Pour intéresser les parents de jeunes enfants, la Caisse d’Epargne le propose même en version « à connecter » : le Livret A est alors transformé en sorte de tirelire en ligne à partager avec les proches.

Outre le poids de la tradition – offrir un Livret A aux enfants en bas âge –, la baisse des taux d’intérêt de l’épargne sans risque (livrets bancaires, fonds euros, comptes à terme) participe aussi à renforcer l’attractivité du Livret A dans le discours ambiant. Sa rémunération à 0,5%, son plancher, est effectivement 7 fois plus élevée que la...

Lire la suite sur MoneyVox

Ce contenu peut également vous intéresser :

Voir également
- Achat immobilier : méfiez-vous du règlement de copropriété !
- Radis, avoine, blé ou oseille : depuis quand paie-t-on en légumes et en céréales ?
- Immobilier : un premier achat coûte 550 000 euros à Paris

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles