Publicité
La bourse ferme dans 1 h 26 min
  • CAC 40

    7 549,46
    +46,19 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 870,48
    +31,34 (+0,65 %)
     
  • Dow Jones

    38 474,36
    -114,80 (-0,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,0719
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    2 336,10
    -13,00 (-0,55 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 735,55
    -1 469,10 (-2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 362,34
    -25,82 (-1,86 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,19
    +0,74 (+0,94 %)
     
  • DAX

    18 065,84
    +63,82 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    8 142,65
    -4,21 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    17 677,29
    -11,59 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 425,55
    -6,05 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 936,12
    -5,66 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2674
    -0,0012 (-0,09 %)
     

LIVRE. Les écrans et le numérique, nouvelle panique morale

Frédéric Cirou / AltoPress / PhotoAlto via AFP

Dans l'ouvrage collectif "Les enfants et les écrans", les effets supposés nocifs des écrans sont confrontés à ce qu'en dit vraiment la littérature scientifique.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°919, daté septembre 2023.

Les écrans causent l'inculture des adolescents. Apprendre en s'amusant est une illusion. Les jeux vidéo nuisent à la santé physique et psychique des jeunes. Le numérique fait diminuer leur intelligence. Chacune de ces accusations - et d'autres, régulièrement relayées dans les médias ou dans des livres alarmistes - fait l'objet d'un chapitre de cet essai collectif, coordonné par la chercheuse en sciences de l'information et de la communication Anne Cordier, de l'université de Lorraine, et Séverine Erhel, enseignante-chercheuse en psychologie cognitive à Rennes 2, spécialiste d'ergonomie et d'environnements numériques (notamment le jeu vidéo et les réseaux sociaux).

Une réaction disproportionnée

Les effets supposés nocifs des écrans sont ainsi confrontés à ce qu'en dit vraiment la littérature scientifique et aux preuves qu'elle apporte, ou pas, tant sur l'impact de la concentration, de l'apprentissage, de l'intelligence, le développement neurologique, mais aussi les relations avec les parents ou la santé psychique. Sans angélisme - il existe bel et bien des usages problématiques du numérique -, l'ouvrage établit que les méfaits des "écrans" relèvent surtout d'une panique morale, soit une réaction disproportionnée face à des pratiques jugées déviantes. La télévision, les comics, les jeux de rôle, les jeux vidéo, mais aussi le flipper dans les années 1930 ont autant déchaîné les passions que le numérique aujourd'hui.

PUBLICITÉ

Les constats mis en avant par cet essai nuancent les affirmations sensationnalistes qui fleurissent régulièrement (on devine aisément que la notion de "crétin digital" du neuroscientifique Michel Desmurget est dans le collimateur des auteurs) et qui relèvent souvent d'opinions ou de prises de position personnelles plus que de conclusions étayées par la science. Chaque chapitre détaille au contraire les méthodes, les tests et les résultats obtenus par telle ou te[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi