La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 091,92
    +316,49 (+1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0430
    -0,0054 (-0,51 %)
     
  • Gold future

    1 808,20
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    18 541,51
    +264,79 (+1,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    416,65
    -3,49 (-0,83 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,29
    +2,53 (+2,39 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 116,98
    +88,24 (+0,80 %)
     
  • S&P 500

    3 824,35
    +38,97 (+1,03 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2097
    -0,0078 (-0,64 %)
     

Livraisons de titane: Airbus et l'aéronautique français face au risque russe

AFP - Wendell TEODORO

En cas d'arrêt des livraisons de titane russe par Moscou, plusieurs groupes comme Airbus seraient impactés. Dans cette hypothèse, les autorités chinoises ont, selon nos informations, suggéré à l'avionneur que Pékin achète ce minerai stratégique et le revende ensuite au géant toulousain.

C'est l'une des grandes peurs des groupes aéronautiques. Et si la Russie stoppait ses livraisons de titane ? Ce scénario noir, pour l'heure très hypothétique, ne serait par exemple pas sans conséquences pour Airbus qui dépend à 50% du fournisseur russe, VSMPO-Avisma, le leader mondial qui détient entre 25 et 30% du marché planétaire. A ce jour, les A350, comme les 787, intègrent entre 15 et 18% de ce minerai stratégique dont le cours a explosé de plus de 200% en cinq ans. "Les risques géopolitiques sont intégrés dans nos politiques d'approvisionnement en titane, indique Airbus. Nous avons construit un stock depuis l'invasion de la Crimée en 2014 et nous sommes sont donc protégés à court et moyen terme." De son côté, Boeing, a davantage diversifié ses approvisionnements depuis l'annexion de la Crimée, essentiellement en achetant le minerai à trois producteurs américains (ATI, Timet et RTI International Metals). Début mars, le constructeur américain a même annoncé qu'il se passait désormais du titane russe et .

Pékin offre ses services

"Si le Kremlin décidait de couper les exportations de titane russe, Airbus devrait logiquement regarder vers les États-Unis, mais il est probable que les Américains n'acceptent pas facilement d'aider le rival de Boeing", confie un proche de l'avionneur européen. Ce scénario induirait surtout d'intenses négociations entre Washington et Bruxelles. "Nous n'en sommes évidemment et heureusement pas là, mais une telle situation serait politique", abonde un diplomate. Autre option que les autorités chinoises ont, selon nos informations, suggérée à l'état-major d'Airbus en cas d'arrêt brutal des livraisons: que Pékin achète le titane russe et le revende ensuite au groupe basé à Toulouse. Mais celle-ci n'aurait pas les faveurs du constructeur.

Plus marginalement, Airbus pourrait aussi se tourner vers les Japonais Toho Titanium et Osaka Titanium ou vers l'Arabie Saoudite qui a mis en service en 2019 une usine d'une capacité de 15.600 tonnes de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles