Marchés français ouverture 2 h 16 min
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • Nikkei 225

    29 650,17
    +29,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1977
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 623,90
    -276,93 (-0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    52 878,39
    -686,77 (-1,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,65
    +3,87 (+0,28 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     

L'isolement obligatoire des malades du coronavirus, "une piste sur la table" à débattre

·2 min de lecture

L'isolement obligatoire des malades du Covid-19 est "une piste" qui doit faire l'objet d'un "débat démocratique", a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. 

L'isolement obligatoire des malades du Covid-19 est "une piste" qui doit faire l'objet d'un "débat démocratique", a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal". "C'est une piste qui existe, qui est sur la table par principe puisque c'est un modèle qu'un certain nombre de pays - et pas uniquement en Asie mais y compris chez nos voisins - ont retenu; ensuite parce qu'il y a aujourd'hui des parlementaires qui font cette proposition", a expliqué sur franceinfo le secrétaire d'Etat.

Cette proposition est notamment portée par Olivier Becht, le président du groupe Agir (allié de LREM). "Ils disent: dans cette nouvelle étape qui s'ouvre dans la lutte contre l'épidémie, est-ce qu'il ne faudrait pas adapter nos dispositifs et avoir un isolement des cas positifs et des cas contacts avec des contrôles, voire des sanctions s'il n'est pas respecté?", a précisé Gabriel Attal. "Ca nécessite une discussion et un débat démocratique parce qu'aujourd'hui dans la loi française, vous ne pouvez pas imposer à un malade de rester isolé parce qu'il est malade", a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Castex met en garde contre un "problème redoutable"

Lors d'un échange avec le personnel médical de l'hôpital de Brest, le Premier ministre Jean Castex a mis en garde contre un "problème redoutable".

"Moi je suis persuadé que vous avez des gens, si vous leur dites: 'vous avez une obligation de vous isoler', ils ne se feront pas tester", a-t-il avancé en invitant à "prendre tout ça en considération". "L'idée, c'est de muscler, ce qu'on est en train de faire, l'accompagnement", a-t-il ajouté.

La réunion prévue vendredi soir entre le Premier ministre et les chefs de partis politiques "n'est pas une réunion sur ce sujet-là, mais ça(...)


Lire la suite sur Paris Match