La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 265,51
    -62,28 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    13 462,42
    +83,37 (+0,62 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2219
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    35 609,88
    -34,39 (-0,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 220,88
    -32,26 (-2,57 %)
     
  • S&P 500

    4 162,85
    -0,44 (-0,01 %)
     

L'Iran accuse Israël d'une attaque contre un site nucléaire

·2 min de lecture

L'Iran a accusé Israël d'être derrière l'attaque ayant visé le 11 avril son usine d'enrichissement d'uranium à Natanz, laissant entendre que celle-ci avait endommagé des centrifugeuses. Il promet une "vengeance".

L'Iran a accusé Israël d'être derrière l'attaque ayant visé la veille son usine d'enrichissement d'uranium à Natanz, laissant entendre que celle-ci avait endommagé des centrifugeuses, et a promis une "vengeance", "en temps et en heure". "Avec cette action, le régime sioniste a bien sûr essayé de se venger du peuple iranien pour la patience et la sagesse dont il a fait preuve (en attendant) la levée des sanctions" américaines, a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Saïd Khatibzadeh lors d'une conférence de presse à Téhéran lundi 12 avril.

L'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a d'abord annoncé dans la matinée une "panne de courant" --vite qualifiée de suspecte par un député conservateur-- dans son usine d'enrichissement d'uranium du complexe Chahid Ahmadi-Rochan de Natanz, l'un des centres névralgiques du programme nucléaire de la République islamique. C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015. Un communiqué du chef de l'OIEA Ali-Akbar Saléhi, diffusé par la télévision d'Etat, annonce en début de soirée que l'"accident" est en fait un acte de "terrorisme antinucléaire" mais sans fournir le moindre détail sur la nature exacte de cette attaque ni sur ses conséquences. Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement.

Cyber-opération israélienne ?

Faisant référence aux et de lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis que les Etats-Unis sont sortis de ce pacte en 2018, M. Saléhi estime que l'action contre Natanz "reflète (...) l'échec des opposants (à ces) négociations".Selon lui, elle relève aussi de "la défaite des opposants (à un) développement éclatant de l'industrie nucléaire" en Iran qui, promet-il, continuera de "pours[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi