La bourse ferme dans 7 h 29 min
  • CAC 40

    6 958,91
    +120,95 (+1,77 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 152,98
    +74,72 (+1,83 %)
     
  • Dow Jones

    34 297,73
    -66,77 (-0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,1291
    -0,0015 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 844,10
    -8,40 (-0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    33 306,79
    +1 003,04 (+3,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    854,90
    +34,31 (+4,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,84
    +0,24 (+0,28 %)
     
  • DAX

    15 381,58
    +257,71 (+1,70 %)
     
  • FTSE 100

    7 480,21
    +108,75 (+1,48 %)
     
  • Nasdaq

    13 539,29
    -315,83 (-2,28 %)
     
  • S&P 500

    4 356,45
    -53,68 (-1,22 %)
     
  • Nikkei 225

    27 011,33
    -120,01 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    24 289,90
    +46,29 (+0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3498
    -0,0008 (-0,06 %)
     

Liquidation de la Sam: les salariés occupent l'usine pendant les fêtes

·2 min de lecture
Manifestation de soutien aux salariés de la Sam, le 1er décembre 2021 à Viviez, dans l'Aveyron (AFP/Valentine CHAPUIS) (Valentine CHAPUIS)

Les salariés de la Sam, licenciés après la liquidation de ce sous-traitant de Renault dans l'Aveyron, ont passé Noël à l'usine et comptent poursuivre en janvier l'occupation qui dure depuis 37 jours, ont averti mercredi les délégués du personnel.

Ils réclament une "réparation du préjudice subi" par les plus de 300 salariés de l'entreprise, mettant en avant que dans cette région sinistrée en matière d'emploi, un reclassement professionnel sera difficile.

"Ce n'est pas parce que les fêtes sont passées que la mobilisation a baissé, bien au contraire", souligne Sébastien Lallier, un des représentants du personnel.

"Ça fait 37 jours qu'on occupe l'usine et les salariés ont voté à l'unanimité de continuer à l'occuper pendant tout le mois de janvier", voire au-delà "si nécessaire", a précisé de son côté Ghislaine Gistau, déléguée CGT de la Sam.

"On a fêté Noël sur place et on va fêter le réveillon du premier de l'an sur place aussi", a-t-elle affirmé.

Dès lundi prochain, les salariés décideront en assemblée générale d'autres actions à mener afin de "montrer dès la rentrée qu'il ne faut pas qu'on nous enterre", a déclaré Sébastien Lallier.

Pour M. Lallier, quelque 230 personnes participent activement "nuit et jour" à l'occupation de l'entreprise dont le nombre de salariés est un peu inférieur à 350.

Le numéro un de la CGT Philippe Martinez, qui doit rencontrer le ministre de l'Économie Bruno Le Maire la semaine prochaine, est venu exprimer son soutien à ces salariés lors d'un point presse tenu mercredi après-midi à Viviez (Aveyron), siège de la Société aveyronnaise de métallurgie (Sam), a indiqué Mme Gistau.

Reprise en 2017 par le groupe chinois Jinjiang, la Sam, installée sur les hauteurs de Decazeville, avait été placée en redressement judiciaire en décembre 2019, en liquidation judiciaire avec prolongation d'activité le 16 septembre dernier, avant que le tribunal de commerce ne prononce la cessation d'activité le 26 novembre.

Bercy a nommé le 13 décembre dernier un chargé de mission pour accompagner les salariés de la Sam, estimant que Renault devait s'engager sur "un accompagnement financier de chaque salarié".

"La responsabilité de Renault est clairement engagée", tandis que "l'État est sur un exercice de com'. Rien n'a bougé", a regretté Mme Gistau.

dmc/ap/LyS

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles