La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    45 609,54
    -5 616,65 (-10,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Le lion de Peugeot ne retournera pas aux États-Unis

Source AFP
·1 min de lecture
Les amateurs américains de Peugeot n'auront pas l'occasion d'acheter de modèles arborant le nouveau logo de la marque. 
Les amateurs américains de Peugeot n'auront pas l'occasion d'acheter de modèles arborant le nouveau logo de la marque.

Peugeot ne retournera finalement pas sur le marché américain, comme l'envisageait la marque au lion il y a quelques années, selon des informations d'Automotive News confirmées mardi par Stellantis. La maison mère de Peugeot vient de s'unir dans le groupe Stellantis avec le groupe Fiat Chrysler (FCA), très bien implanté aux États-Unis avec Jeep, Dodge, Chrysler, Ram, mais aussi Alfa Romeo et Maserati. La marque Peugeot avait pourtant été choisie par PSA pour revenir sur le deuxième marché automobile mondial, selon un plan stratégique préparé en 2016.

Trois victoires de Peugeot à Indianapolis

Trente ans après son départ précipité par des ventes catastrophiques, la marque gardait une certaine aura auprès des fans de bolides, après ses trois victoires sur le mythique circuit d'Indianapolis. Début janvier 2021, l'ex-patron de PSA et nouveau directeur général de Stellantis Carlos Tavares n'excluait pas le retour d'une marque comme Peugeot aux États-Unis, mais annonçait déjà préférer dans un premier temps « creuser le sillon » des marques qui s'y vendent bien.

Larry Dominique passe de Peugeot à Alfa Romeo

Mais « le contexte est différent avec Stellantis », a indiqué, mardi, un porte-parole de Stellantis. « L'empreinte internationale du groupe est désormais différente. Le groupe compte des marques déjà installées aux États-Unis qu'il faut dynamiser », comme Chrysler, ou comme Alfa Romeo, « qui a du potentiel ». Larry Dominique, chargé de la stratégie américaine de Peu [...] Lire la suite