La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 578,71
    +646,34 (+2,09 %)
     
  • Nasdaq

    13 581,68
    +389,33 (+2,95 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2051
    -0,0036 (-0,30 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 154,04
    +3 656,26 (+10,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    967,71
    +39,48 (+4,25 %)
     
  • S&P 500

    3 906,88
    +95,73 (+2,51 %)
     

«L'investisseur gagne à long terme quand le spéculateur perd à court terme»

·2 min de lecture

Dans votre ouvrage «Réussir en Bourse sans spéculer», publié aux éditions Maxima, vous distinguez l'investisseur qui gagne à long terme et le spéculateur qui perd à court terme... Jean-Joseph Haas: En effet, long terme et court terme sont des notions très usitées dans le monde de la Bourse, chacune répondant à des objectifs différents. Selon la stratégie choisie, ses placements seront voués à un sort plus ou moins heureux. Or, nous voulons utiliser la Bourse comme moyen de placement pour y gagner de l’argent sérieusement et durablement. Nous venons en Bourse pour nous constituer un patrimoine en vue de notre retraite, pour laisser un bien à notre conjoint survivant, puis un héritage à nos enfants. Un tel enjeu ne souffre pas la prise de positions spéculatives de court terme impropres à la préparation de l’avenir de sa famille. Nous ne souhaitons pas non plus entreprendre une course poursuite avec le CAC 40 au prix d’un risque non compatible avec notre profil d’investisseur à long terme. Ces quelques lignes doivent rester gravées dans la mémoire de l’investisseur à l’instar d’une profession de foi. Ce n’est qu’à ces conditions que l’on saura faire face avec calme et détermination aux nombreuses vicissitudes que la Bourse ne manquera pas de nous réserver. Dans une démarche de long terme, le temps devient notre allié alors que dans une opération de court terme où la volatilité règne en maître, le temps travaille contre nous. Une opération de court terme doit réussir à l’intérieur d’un laps de temps limité. Un temps plus long laisserait la porte ouverte à la survenance de mille et un événements perturbateurs qui mettraient l’opération en échec. Or, un temps court ne laisse que peu de place à l’événement attendu de se réaliser. C’est pourquoi le manque de temps joue contre les stratégies de court terme et explique leur faible taux de réussite. Le livre est un Cliquez ici pour lire la suite