La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 389,00
    +225,13 (+0,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

LintonPharm a reçu de la NMPA (l’autorité sanitaire chinoise) l’autorisation de procéder à un essai de Phase 1/2 d’évaluation du catumaxomab pour le traitement du cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire

·5 min de lecture

LintonPharm Co. Ltd, une société biopharmaceutique de stade clinique axée sur le développement de lymphocytes T impliquant des anticorps bispécifiques pour l’immunologie des tumeurs, a annoncé aujourd’hui que l’autorité sanitaire chinoise, la National Medical Products Administration (NMPA), a autorisé la Société à procéder à un essai clinique de Phase 1/2 (clinicaltrials.gov: NCT04799847) visant à évaluer l’innocuité et l’efficacité du catumaxomab chez des patients atteints d’un cancer de la vessie non invasif sur le plan musculaire (CVNIM) dont les tumeurs ont récidivé en raison de l’échec du vaccin de Calmette-Guérin (BCG). Il s’agit du deuxième programme clinique lancé par LintonPharm pour évaluer le catumaxomab. En juillet 2020, la Société avait annoncé l’autorisation d’un essai de Phase 3 pour le cancer gastrique avancé qui a recruté son premier patient en octobre 2020.

Lindis Biotech, partenaire de LintonPharm, a récemment lancé en Allemagne un essai de Phase 1 de détermination de dosage du catumaxomab chez les patients atteints d’un CVNIM (clinicaltrials.gov: NCT04819399) et a fait état d’un excellent profil d’innocuité sur lequel s’appuie la réalisation de l’essai de Phase 1/2 en Chine.

«Recevoir l’autorisation réglementaire de procéder à notre programme clinique d’évaluation du catumaxomab pour le traitement du cancer de la vessie marque une nouvelle étape importante pour LintonPharm et soutient notre objectif d’explorer le potentiel de cette thérapie qui vise un large éventail de cancers», a déclaré le Dr Robert Li, DABT, cofondateur et directeur général de LintonPharm. «Les patients atteints d’un CVNIM chez lesquels le BCG a échoué présentent des taux élevés de récidive tumorale et doivent souvent subir au cours de leur vie de multiples interventions chirurgicales pouvant avoir un impact sur la fonction de la vessie. De nouvelles options de traitement sont donc nécessaires et nous espérons que cette étude nous rapprochera davantage du soulagement que nous voulons apporter à ces patients.»

Le cancer de la vessie est le 10e cancer le plus répandu dans le monde. En 2020, un cancer de la vessie a été diagnostiqué chez environ 573 278 patients à travers le monde et environ 1,8 million de personnes vivaient avec cette forme de cancer cinq ans après le diagnostic [1]. Le CVNIM, qui se développe dans les tissus qui tapissent la surface interne de la vessie, représente environ 75% de tous les cas de cancer de la vessie [2]. La résection transurétrale de la tumeur de la vessie (RTUTV) est la norme thérapeutique actuelle pour le CVNIM. La récidive est fréquente après une RTUTV (jusqu’à 70% à cinq ans) et il s’ensuit que les patients subissent souvent de multiples interventions chirurgicales au fil du temps [2]. Le BCG intravésical est couramment utilisé en tant que traitement adjuvant après une RTUTV. Toutefois, un grand nombre de patients présentent une récidive tumorale (appelée «échec du BCG» [3]. Après un échec du BCG, la cystectomie radicale (CR) est généralement recommandée mais de nombreux médecins et patients préfèrent y renoncer afin de préserver la fonction de la vessie.

À propos du catumaxomab

Le catumaxomab a été approuvé par l’Agence européenne des médicaments en 2009 pour le traitement de l’ascite maligne. Il s’agit d’un anticorps bispécifique qui se lie à une glycoprotéine transmembranaire sur la cellule tumorale – la molécule d’adhérence des cellules épithéliales (EpCAM) – et à la CD3 sur le lymphocyte T, et recrute également des cellules immunitaires accessoires par liaison FcγR. Le catumaxomab détruit les cellules tumorales en déclenchant une cytotoxicité cellulaire par l’entremise des lymphocytes T et des cellules accessoires et induit potentiellement des effets vaccinaux à long terme qui ont été constatés chez des modèles animaux.

Le catumaxomab a été récemment autorisé par les autorités réglementaires chinoises, taïwanaises et sud-coréennes aux fins de la réalisation d’un essai clinique mondial de Phase 3 pour le traitement de patients atteints d’un cancer gastrique avancé.

À propos de LintonPharm

LintonPharm Co Ltd est une société biopharmaceutique de stade clinique axée sur la recherche, qui se consacre au développement d’anticorps bispécifiques innovants impliquant les lymphocytes T dans le but de transformer les tumeurs malignes en affections gérables et, éventuellement, curables. En collaboration avec Lindis Biotech, LintonPharm développe le catumaxomab aux fins d’une utilisation dans un large éventail de cancers dans le monde. En outre, LintonPharm développe une plateforme d’anticorps bispécifiques de nouvelle génération qui permettra une conception et une fabrication améliorées des médicaments ainsi qu’une flexibilité accrue de la personnalisation de la conception de chaque molécule. Le pipeline actuel comprend plusieurs traitements en cours de développement pour le cancer du sang et les tumeurs solides. Pour plus d’informations, visiter le site www.lintonpharm.com/.

[1]. Organisation mondiale de la santé (OMS). Globocan 2020. Global Cancer Observatory. Consulté le 7 janvier 2021. https://gco.iarc.fr/

[2]. Kamat AM, Hahn NM, Efstathiou JA, et al. (2016) Bladder cancer. Lancet 2016. 388: 2796-810. http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(16)30512-8

[3]. Kikuchi E, Hayakawa N, Futumoto K, Shigeta K, Matsumoto K. (2020) Bacillus Calmette–Guerin-unresponsive non-muscle-invasive bladder cancer: Its definition and future therapeutic strategies. International Journal of Urology. 27, 108-116. doi:10.1111/iju.14153

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20210413006103/fr/

Contacts

Médias:
Médias aux États-Unis
Tara Cooper
The Grace Communication Group
tara@gracegroup.us

Médias de la région APAC:
Mia He
LintonPharm
jingyi.he@lintonpharm.com