La bourse est fermée

Linky : un agent Enedis a-t-il forcé la porte d'un immeuble pour installer des compteurs ?

Il s’est fait une belle frayeur. Le mardi 26 novembre dernier, un habitant de Plouaret dans les Côtes-d’Armor (Bretagne) s’est retrouvé nez à nez avec un technicien Enedis dans son immeuble après avoir entendu un bruit suspect. "J’ai vraiment cru que quelqu’un avait défoncé la porte d’entrée de l’immeuble", témoigne Thierry sur le site actu.fr. Alerté par le bruit, l’homme se rend au bas de son escalier et y trouve un technicien en train de déballer ses outils.

"Il était en train de manipuler les compteurs électriques à l’entrée du couloir", raconte le Breton qui le questionne alors sur sa présence dans l’immeuble. "Il m’a expliqué qu’il était là pour poser les compteurs Linky et que la porte était ouverte". Sauf qu’après vérification, Thierry constate que le verrou a été cassé. Il fait alors demi-tour pour demander des explications à l’individu. Mais la situation s’envenime : "Il m’a poussé dans l’escalier, a pris mon téléphone et voulu vérifier qu’il n’y avait pas de photo de lui", explique-t-il.

Pas la même version

Le Breton appelle alors la gendarmerie qui lui explique qu’il doit se tourner vers Enedis pour avoir des explications. Selon Thierry, la porte d'entrée de son immeuble "ferme très bien" et est toujours fermée à clé. Une heure trente après le premier incident, le breton décide de redescendre voir le technicien pour lui demander le temps que prendra l'intervention. "Il a été virulent [...] il m'a dit de voir ça avec la gendarmerie". Il part alors s'installer dans sa voiture avec un papier "pour noter le numéro d’immatriculation du véhicule" et affirme avoir "clairement vu qu’il y avait indiqué Enedis sur le fourgon".

>> A lire aussi - Compteur Linky : "Mamie Linky" fait condamner EDF et Enedis

Quelques minutes plus tard, le technicien fini par partir en ayant changé deux des trois compteurs. Le propriétaire de l’immeuble, lui, a annoncé son intention de porter plainte alors que Thierry, qui n’est pas un opposant au boîtier connecté, estime que "ce qui est grave,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"Good Morning Business", l'émission TV qui réveille les patrons
Grève : Marseille en panne de carburant ?
Luc Besson pourra finalement garder ses cerfs
Acheter des cigarettes à la sauvette pourrait vous coûter 135 euros d'amende
"La lutte contre la fraude fiscale doit pouvoir rapporter encore plus"