La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    51 586,80
    -1 479,01 (-2,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

LinkedIn : les pirates publient les données de 700 millions d’utilisateurs

·1 min de lecture

En juin dernier, une base de données contenant des informations sur 700 millions d’utilisateurs du site LinkedIn était en vente sur un forum. La personne qui avait publié l’annonce avait également mis en ligne un échantillon avec un million d’entrées, ce qui avait permis de valider son authenticité. Cette fois, c’est la base de données tout entière qui est divulguée.

Sept cents millions, cela représente aux alentours de 92 % des inscrits sur LinkedIn. Si vous avez un compte sur le réseau social professionnel, vous êtes très certainement concerné. Cette base de données peut être téléchargée via BitTorrent, grâce à un fichier « .torrent » qui s’échange sur des canaux Telegram privés.

Certaines informations pourraient provenir d’autres sources

Le téléchargement occupe au total 187 gigaoctets, et contient des informations comme le nom, l’identifiant et l’adresse du profil, la localisation (ville, pays) et l’adresse e-mail. LinkedIn maintient qu’il n’y a eu aucune fuite d’informations puisque la plupart de ces renseignements, pris via un API du site, sont déjà publics. Les adresses e-mail ne sont pas publiques, mais la base de données n’en contient pas pour chaque utilisateur. Ceci tend à suggérer qu’elle a été fusionnée avec une autre base de données venant d’une source différente.

Si la sécurité de LinkedIn ne semble pas en cause, les pirates font de plus en plus appel aux API des sites comme Clubhouse, Instagram et Facebook pour créer une compilation des données publiques des utilisateurs. En croisant les bases de données, ils peuvent retrouver suffisamment d’informations pour cibler des utilisateurs spécifiques comme des personnalités publiques, des politiciens, des journalistes ou des militants.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles