La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 220,11
    +68,62 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

L'inflation crée de nouvelles tensions sur les salaires dans les entreprises

Les discussions salariales du premier trimestre sont déjà rendues caduques par la très forte inflation. Les grèves se multiplient dans les grands groupes, plus ou moins enclins à rouvrir le dialogue, tandis que les PME se penchent sur des alternatives.

"Nous sommes face à des choses qu’on ne connaît pas. La dernière fois que nous étions confrontés à une inflation supérieure à 5 %, c’était en 1983, pour ma part j’étais encore à l’école", relevait jeudi 12 mai Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef au micro de RTL. Début avril, Laurent Berger, le leader de la CFDT, réclamait que cette hausse de leur traitement soit "au moins de 3 points". Côté entreprises, les négociations annuelles obligatoires, discutées au premier trimestre, sont à peine terminées qu’elles sont déjà rendues pour partie caduques par le rythme de l’inflation. Celle-ci s’emballe à 4,8 % en avril et pourrait passer la barre des 5 % dans les prochaines semaines, selon les prévisions de l’Insee.

Premier effort timide

Le Smic a dû être revalorisé trois fois depuis mai 2021 pour atteindre une hausse de près de 6 %. Conséquence : 85 % des 171 branches professionnelles de plus de 5.000 salariés ont désormais des minima inférieurs au Smic. "On peut comprendre que pour le secteur de la volaille confrontée à une grippe aviaire sans précédent les choses soient compliquées en ce moment, note Luc Mathieu, secrétaire national de la CFDT. C’est nettement moins compréhensible pour le secteur bancaire dont deux niveaux de grilles sont à ce jour toujours inférieurs au Smic."

. D’après le ministère du Travail, l’indice du salaire mensuel de base de l’ensemble des salariés a progressé de 2,3 % sur un an. Mais vu le rythme de l’inflation, on est encore loin du compte. Avec 160 milliards d’euros de profits cumulés en 2021, le CAC 40 a lâché du lest sur les salaires en début d’année avec des augmentations comprises entre 1,5 et 3,5 %. Mais la plupart de ces grands groupes confirment revenir prochainement à la table des négociations. Certains, comme Safran, Decathlon, Auchan, Carrefour ou Danone, avaient d’ailleurs anticipé la flambée des prix et prévu une clause de revoyure. "Elle n’est prévue qu’en septembre. Or après l’augmentation du Smic, au 1er mai, les trois[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles