La bourse est fermée

L'industrie automobile française peut-elle redevenir compétitive ?

Par Olivier Ubertalli

« La voiture, c’est la liberté. Le lion de Sochaux, les chevrons de Citroën, le losange de Renault appartiennent à la culture française », estime Bruno Le Maire.

Deux fonds de soutien dotés de 50 millions d'euros, la promesse d'une baisse des impôts de production… Bercy tente de répondre à la crise de la filière.


Bien qu'elle dispose de deux champions, Renault et PSA, l'industrie automobile française va mal. Bousculés par le retournement du marché mondial et les importants investissements nécessaires à la transition écologique, les constructeurs et les concessionnaires s'attendent à une baisse des ventes début 2020. Alors qu'elle atteignait 3,6 millions de véhicules en 2004, la production automobile devrait chuter à 2,2 millions cette année et à 1,7 million l'année prochaine. En termes d'emplois directs hors intérim, l'industrie n'occupe plus que 185 000 postes aujourd'hui, contre 300 000 en 2006. « La vérité, c'est que tout le monde ne survivra pas. Il faut un plan d'urgence », réclame depuis la semaine dernière Luc Chatel, président de la Plateforme automobile (PFA). L'entité qui représente les intérêts des constructeurs et des équipementiers nationaux estime qu'au moins 15 000 postes sont menacés en France, uniquement dans la filière diesel, en raison du « diesel bashing », car ses émissions polluantes sont pointées du doigt.

La réponse du gouvernement n'a pas tardé. Ce lundi, Bruno Le Maire a dévoilé quelques mesures destinées à redonner des couleurs à l'automobile française. Principal enjeu : rendre le secteur français de nouveau compétitif. « En 2011, la France était le deuxième pays de production automobile d'Europe. Aujourd'hui, elle est le cinquième, derrière l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni est l'Allemagne. Nous n'acceptons pas cette situation. L'industrie automobile française doit rester une des industries les plus performantes au XXIe siècle », a promis le ministre de l'Économie. Reste à savoir comment.

Lire aussi La baisse de rentabilité de Renault inquiète les investisseurs

Baisse d'impôts contre maintien de (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Tesla : pourquoi Elon Musk a préféré l’Allemagne à la France
Comment le français Faurecia veut révolutionner la voiture
Afrique centrale : le spectre de la dévaluation de 1994
Dépôts pétroliers dans l'Ouest : les accès bloqués, une délégation attendue à Bercy
Recevez la newsletter Le Point.fr