La bourse ferme dans 1 h 23 min
  • CAC 40

    6 712,10
    +75,10 (+1,13 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 200,22
    +50,03 (+1,21 %)
     
  • Dow Jones

    34 726,87
    +468,55 (+1,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,1747
    +0,0051 (+0,43 %)
     
  • Gold future

    1 750,80
    -28,00 (-1,57 %)
     
  • BTC-EUR

    37 492,48
    +1 170,74 (+3,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 104,95
    -3,97 (-0,36 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,80
    +0,57 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 664,29
    +157,55 (+1,02 %)
     
  • FTSE 100

    7 087,52
    +4,15 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,54
    +146,69 (+0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 447,55
    +51,91 (+1,18 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • HANG SENG

    24 510,98
    +289,44 (+1,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3741
    +0,0121 (+0,89 %)
     

Comment l'industrie automobile a déguerpi de France en 15 ans

·2 min de lecture

Le déficit commercial de l'automobile française bat tous les records. Il s'est élevé à 9,4 milliards d'euros au premier semestre. Il atteignait 15,4 milliards sur l'ensemble de l'année 2020, contre un excédent de 12,3 milliards en 2004! Une Bérézina due aux délocalisations. Et l'électrification accroît ce déséquilibre abyssal.

9,4 milliards d’euros de . La balance commerciale française du secteur automobile n’arrête pas de battre des records négatifs. Son déséquilibre s’est encore accru de 2,5 milliards par rapport aux six premiers mois de 2020, selon les chiffres officiels publiés par le gouvernement! Les importations sont désormais supérieures d'un tiers aux exportations. L’automobile et les équipements pour véhicules représentent le deuxième plus fort déficit de la balance tricolore (hors énergie), derrière les produits informatiques et électroniques. L’année 2021 devrait donc être une nouvelle année historique en matière de déséquilibre automobile, après les années 2020 (-15,4 milliards) et 2019 (-15,3 milliards), lesquelles représentaient déjà un trou deux fois et demie supérieur à celui de 2015. Le déficit abyssal de ce qui fut l’un des fleurons tricolores n’a donc rien à voir avec la pandémie. En 2004, l'excédent commercial de l'automobile française atteignait... 12,3 milliards d'euros.

Effondrement structurel du "made in France"

Le plongeon structurel du commerce extérieur automobile s'explique par une baisse de la production automobile française. Et ce, alors que le marché reste à peu près stable (hors pandémie). La production s'est effondrée de 40% l'an passé dans l'Hexagone à un peu plus de 1,3 million de véhicules, soit un retour au score du début des années 1960. La production espagnole a reculé dans le même temps de 20% seulement, l’allemande de 25% (voitures particulières), la britannique de 30%. La pandémie n'explique pas à elle seule ce déclin.

Car le mouvement est autrement plus profond. La France a vu sa production (voitures et véhicules commerciaux) de long terme chuter des deux-tiers, le pire score européen, par rapport à son millésime record de… 2004. Même l’Italie, en pleine désindustrialisation automobile, recule moins que la France, de 60% seulement en vingt ans, la Grande-Bretagne de moitié. La production allemande plonge de 40% seulement par rapport à son pic [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles