La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 846,37
    -122,62 (-0,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

L'Inde se mesure au défi de l'énergie verte

Money SHARMA / AFP

Le pays prend résolument le cap des renouvelables… mais devra affronter les résistances d'une puissante industrie du charbon et trouver 500 milliards de dollars d'ici à 2030.

Alors que l'Inde s'est engagée à atteindre la neutralité carbone en 2070, 58% de son énergie provient du charbon. Mais les choses bougent. En dix ans, le pays a multiplié par 50 la capacité solaire installée. En 2021, les renouvelables représentaient déjà 5% de la consommation d'énergie primaire. Et les entreprises privées projettent d'investir jusqu'à 200 milliards de dollars dans le secteur de l'énergie verte.

A titre de comparaison, les investissements mondiaux dans le solaire et l'éolien ont été l'année dernière d'environ 300 milliards. Le Premier ministre Narendra Modi voit l'énergie propre comme le catalyseur d'un boom industriel fondé sur une énergie bon marché, les batteries et les véhicules électriques. Une énergie verte permettrait également de réduire les lourdes factures d'importation de combustibles fossiles.

Le prix en baisse de l'énergie renouvelable concurrence celle produite à partir du charbon

Cette dynamique est portée par les grands conglomérats indiens comme Reliance Industries ou les groupes Adani et Tata. Certains investisseurs hésitent désormais à financer des projets houillers, car le prix en baisse de l'énergie renouvelable commence à concurrencer celle produite à partir de charbon. Entre 2010 et 2022, des projets de centrales à charbon représentant une production potentielle de plus de 600 gigawatts (GW) ont été soit suspendus soit annulés. La transition indienne sera toutefois confrontée à l'obstacle du financement. Il faudra injecter plus de 500 milliards de dollars d'ici à 2030 pour atteindre l'objectif de 500 GW d'énergie propre du gouvernement.

Lire aussi2041 : L'Inde meurt de chaud

L'Inde devra donc attirer des investisseurs, au moment où les taux d'intérêt remontent. Mais la plus grosse difficulté concerne la politique menée à la tête de l'Etat, qui doit anticiper les défis, par exemple aménager les réseaux électriques à mesure que la part d'énergie intermittente va croître. Les responsables indiens sont conscients de ce qu'il faut[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi