Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 496,31
    -902,02 (-1,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 423,22
    +5,34 (+0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

L'Inde lance sa première sonde solaire pour un voyage de quatre mois vers le Soleil

L'Inde à l'heure de la conquête spatiale. Ce samedi, New Delhi a lancé une fusée transportant une sonde solaire pour un voyage de quatre mois vers le Soleil, comme l'a montré une retransmission en direct de l'Organisation indienne pour la recherche spatiale (ISRO). Une tentative qui intervient après l'alunissage réussi de sa capsule Chandrayaan-3.

La sonde Aditya-L1, du mot hindi pour le Soleil, s'est élancée à 11h50, horaire local, avec pour mission d'étudier les vents solaires, à l'origine des aurores boréales.

"Big bang en termes de science"

L'observatoire spatial doit parcourir un million cinq cent mille kilomètres pendant quatre mois avant de stationner en orbite autour du Soleil, autour du point de Lagrange L1.

PUBLICITÉ

Cette mission a la capacité de provoquer un "big bang en termes de science", assure Somak Raychaudhury, impliqué dans le développement de certaines composantes de la plate-forme.

Les scientifiques espèrent notamment en apprendre davantage sur l'impact des radiations solaires sur les milliers de satellites actuellement en orbite autour de la Terre, dont le nombre va croissant avec le succès de sociétés privées comme Starlink, le réseau de communications de la société américaine SpaceX, du milliardaire Elon Musk.

"L'orbite terrestre basse est fortement polluée par la participation privée. Mieux comprendre comment sauvegarder les satellites est donc particulièrement important pour l'environnement spatial aujourd'hui", explique Rama Rao Nidamanuri, directeur du département des sciences de la Terre et de l'Espace à l'Institut indien des sciences et technologies spatiales.

A plus long terme, les données récoltées par la mission pourraient aider à comprendre l'impact du Soleil sur les modèles climatiques de la Terre et l'origine du vent solaire, ces particules qui traversent le système solaire.

Article original publié sur BFMTV.com