La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1347
    +0,0030 (+0,26 %)
     
  • Gold future

    1 830,20
    -12,40 (-0,67 %)
     
  • BTC-EUR

    33 807,67
    -4 110,97 (-10,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    898,08
    +655,40 (+270,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,74
    -0,81 (-0,95 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,90
    -84,83 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3557
    -0,0043 (-0,32 %)
     

Comment l'INA archive toute la télé et la radio française

·2 min de lecture

REPORTAGE - L'Institut national de l'audiovisuel vient de changer de data center afin de mieux stocker les archives de la radio et télévision française. La taille du stock est gigantesque avec 22 millions d'heures de programmes.

En banlieue parisienne, dans une zone industrielle anonyme, des trésors sont stockés sur de nombreuses bandes magnétiques. Dans les entrailles du site de Bry-sur-Marne, où il faut montrer patte blanche pour entrer, a mis le point final en cette fin d'année 2021 au transfert de ses archives vers un data center flambant neuf. 900 personnes travaillent sur ce site où 22 millions d'heures de programme sont stockées.

L'INA a dû investir pour ne pas prendre le risque de voir ses archives partir en fumée. Le vieux data center, un ancien bureau transformé, avait plus de 20 ans et ne répondait plus aux normes. Les données sont désormais stockées dans plusieurs salles d'un autre bâtiment, organisées selon des allées froides où l'air est aspiré, vers des allées chaudes où celui-ci est rejeté après avoir refroidi les serveurs.

Surtout, l'INA n'est pas peu fier de son robot, pièce centrale du dispositif, qui va automatiquement chercher les bandes magnétiques sur lesquelles se trouvent certains contenus qui sont demandés à distance par des professionnels de l'audiovisuel afin d'être consultés. Le robot glisse sur ses rails et va chercher les bandes magnétiques dans chaque carrousel. Le coût de ces bandes se compte en millions d'euros.

De l'ORTF au web radio

Dans ces bandes magnétiques et disques durs, se trouve l'héritage de l'ORTF qui a compilé la radio depuis les années 1930 et les prémices de la télévision. "Depuis 1990, le dépôt légal a permis de constituer une collection nationale de tous supports de connaissance sur le territoire", explique Eléonore Alquier, directrice adjointe Data et Technologies de l'INA. 100 chaînes de télévision et 80 stations de radio sont ainsi automatiquement archivées chaque année. Quelques web radio ont fait leur apparition depuis 2006. Mais aucun service de streaming. " et Prime n'ont pas de risque de disparition de la mémoire, précise Eléonore Alquier. Leur concept est assez éloigné de la radio et télévision traditionnelles." Et pour se prémun[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles