Marchés français ouverture 8 h 43 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    +0,0061 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 627,73
    -337,47 (-0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,66
    -25,30 (-1,95 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

L'impact des restrictions sanitaires est de 0,2 point de PIB annuel, selon une source à Bercy

·2 min de lecture

L'impact sur l'économie française des nouvelles mesures sanitaires imposées dans le pays face à l'épidémie de coronavirus est de 0,2 point de produit intérieur brut (PIB) annuel, a déclaré jeudi une source au ministère français des Finances.

PARIS (Reuters) - L'impact sur l'économie française des nouvelles mesures sanitaires imposées dans le pays face à l'épidémie de coronavirus est de 0,2 point de produit intérieur brut (PIB) annuel, a déclaré jeudi une source au ministère français des Finances.

Les mesures de soutien coûteront 1,2 milliard d'euros en plus par mois, soit 7,2 milliards d'euros au total chaque mois, a ajouté cette source à Bercy.

Un tiers des Français vont être reconfinés vendredi à minuit pour au moins un mois, avec des restrictions de déplacement et écoles ouvertes, une décision imposée face à la poussée de l'épidémie mais vilipendée par les oppositions et les commerçants.

Au total, ce sont 16 départements qui vont connaître de nouvelles "mesures de freinage massif" mais moins strictes que le premier confinement national d'il y a tout juste un an: les huit départements d'Ile-de-France, les cinq départements des Hauts-de-France ainsi que la Seine-Maritime et l'Eure, et dans le sud les Alpes-Maritimes.

Soit 21 millions d'habitants, dont les 12 millions de la région parisienne, de loin la plus densément peuplée et le poumon économique du pays.

Si le couvre-feu est repoussé d'une heure à 19H00 en métropole, ces habitants ne pourront sortir de chez eux que "dans un rayon limité à 10 kilomètres", avec une attestation, "sans aucune limitation de durée".

Les déplacements interrégionaux seront "interdits, sauf motifs impérieux ou professionnels".

Comme à l'automne, les écoles et collèges resteront ouverts normalement mais les lycées basculeront tous en "demi-jauge".

Afin de "réduire les occasions de contacts dans les lieux clos", les commerces non-essentiels devront baisser le rideau. Mais, après leur mobilisation à l'automne, les librairies et disquaires ont gardé le droit de rester ouverts. Ce qui ne sera pas le cas des coiffeurs.

Ces restrictions seront en place pour "quatre semaines" et pourront être étendues "à d'autres parties du territoire" selon l'évolution du virus, a prévenu le Premie[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi