Marchés français ouverture 3 h 20 min
  • Dow Jones

    35 064,25
    +271,55 (+0,78 %)
     
  • Nasdaq

    14 895,12
    +114,58 (+0,78 %)
     
  • Nikkei 225

    27 744,24
    +16,14 (+0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,1827
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    26 123,35
    -81,34 (-0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    34 176,71
    +630,74 (+1,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    996,39
    +20,50 (+2,10 %)
     
  • S&P 500

    4 429,10
    +26,44 (+0,60 %)
     

Comment l'immeuble de bureaux Washington Plaza a fait sa révolution post-Covid

·2 min de lecture

Prendre le métro, le train, le RER ou sa voiture, venir travailler, retrouver les collègues. Une routine retrouvée depuis qu’a sonné la fin du (presque) 100% télétravail. Comment un des plus grands immeubles de bureaux du centre de la capitale s’est il adapté aux nouveaux besoins de l’après-confinement? Plongée dans le Washington Plaza, à Paris, un immeuble qui est aussi un univers bien particulier…

Il est 7h00 au Plaza Washington, au 42, rue Washington dans le 8ème arrondissement de Paris. Le grand immeuble, un des plus grands ensembles de bureaux d’un seul bloc du centre de la capitale avec ses 43.000 m², est la propriété de SFL, une foncière spécialisée dans le bureau haut-de-gamme. Construit à l’origine (dans les années 1920) pour la compagnie pétrolière Shell, inspiré des buildings de Manhattan et Chicago, c’est aujourd’hui le siège de Candriam, la filiale de gestion du Crédit agricole, de la fintech Finastra, de la medtech Mylan Medical, du moteur de recherche d'emploi Indeed, de la plateforme de vins Lavinia et de beaucoup d’autres (Liberty, Infravia, Mizuho, Capital Guidance, 3i Europe, Canaccord, Louis Capital Markets, Aberdeen, MSCI, ENR CERT, Harmonie technologie, Constellium, VTG, Akamai et SFL).

Lire aussi

En ce matin nuageux, le bâtiment s’éveille tout doucement. Deux femmes de ménages s’affairent au rez-de-chaussée, des ouvriers passent avec une échelle, des livreurs arrivent avec des cartons, les premiers employés commencent à passer les portes. Il y a 1.800 à 2.000 postes de travail sur place. Mais depuis le début de la pandémie, l’immeuble n’a jamais fait le plein. "Il y a toujours eu du monde, nous n’avons jamais totalement fermé. On a toujours eu au moins 10% de présents, et pour eux nous avons continué d’assurer le ménage et plusieurs services de base, dont une restauration, même si elle était forcément plus limitée", explique Aude Grant. Mais la montée du télétravail, et les derniers sondages sur les sentiments des salariés par rapport à leur bureau ont poussé le foncière à entamer une réflexion de fond sur les usages de ses immeubles.

Lire aussi

, publié en décembre, montre deux choses: la première, c’est que la localisation des bureaux est un facteur essentiel dans le choix de rejoindre une entreprise (c’est essentiel pour la moitié des moins de 35 ans. La majorité accepteraient même une baisse de salaire de 5% pour pouvoir travailler [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles