La bourse ferme dans 6 h 55 min
  • CAC 40

    5 807,97
    +25,32 (+0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 691,08
    +21,54 (+0,59 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1871
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 687,70
    -10,80 (-0,64 %)
     
  • BTC-EUR

    41 861,77
    -1 060,63 (-2,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 001,98
    +58,81 (+6,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,25
    +0,16 (+0,24 %)
     
  • DAX

    14 029,29
    +108,60 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    6 640,86
    +10,34 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 743,25
    -121,07 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    28 540,83
    -557,46 (-1,92 %)
     
  • GBP/USD

    1,3816
    -0,0012 (-0,09 %)
     

Trop limitée, trop édulcorée, la loi climat déçoit

·2 min de lecture

Présentée ce mercredi matin en conseil des ministres, la loi climat déçoit les défenseurs de l’environnement. Le gouvernement assume sa prudence dans les objectifs. Des mesures trop ambitieuses risquaient de régénérer le mouvement des Gilets jaunes.

"Il y a pire que de ne pas agir assez. C’est de faire croire que l’on agit assez." Dans une lettre à Emmanuel Macron début janvier, Matthieu Orphelin donne le ton. Pour le député (ex LREM), la loi Climat et Résilience qui a est présentée ce matin au conseil des ministres par n’est . "Les mesures sont trop limitées, trop édulcorées, trop différées et globalement on n’y est pas", dit de son côté Michel Badré, rapporteur du Conseil économique social et environnemental. Le texte qui couvre les cinq thématiques de la – consommer, produire et travailler, se déplacer, se loger, se nourrir- vise à diminuer de 40% les émissions de gaz à effets de serre de la France d’ici à 2030 par rapport à 1990. Problème, d’après l’étude d’impact du gouvernement, il ne permettra de "sécuriser" seulement entre la moitié et les deux tiers de la baisse des émissions prévues. Un comble quand on sait que Bruxelles a récemment révisé à la hausse ses objectifs de réduction d’émissions de CO2 à… 55%.

Chez les écolos, la déception est à l’aune des espoirs suscités par la CCC. Réponse à la crise des Gilets jaunes et au grand débat national, cet exercice de démocratie participative avait été salué par toute la classe politique. Emmanuel Macron avait dit qu’il reprendrait "sans filtre" les propositions des 150 citoyens tirés au sort. "Aujourd’hui, la montagne accouche d’une souris", dit Anne Bringault, coordinatrice à Réseau Action Climat. Pascal Canfin, président de la commission environnement au Parlement européen, n’est pas de cet avis. "La baisse de 40% des émissions ne peut être atteinte uniquement avec la loi. Il faut y ajouter les mesures règlementaires et toutes les actions prises au niveau européen." La loi "permettra d’actionner des leviers qui déclencheront des changements comportementaux, dit-on dans l’entourage de Barbara Pompili. Ce qui fera baisser mécaniquement les émissions de CO2." Auto-persuasion ? Vœu pieux ? La loi Climat est-elle susceptible d’engager enfin la France dans la v[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi