Marchés français ouverture 4 h 34 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 047,62
    +225,86 (+0,81 %)
     
  • EUR/USD

    1,1333
    -0,0006 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    23 818,20
    +342,94 (+1,46 %)
     
  • BTC-EUR

    50 449,75
    -409,35 (-0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 473,32
    +30,55 (+2,12 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

L'image du week-end: La Guadeloupe s'embrase sur fond d'obligation vaccinale

·2 min de lecture

Depuis plusieurs jours, affrontements et pillages rythment les nuits des habitants de la Guadeloupe. Les émeutiers manifestent leur colère contre l'obligation vaccinale et la précarité de la vie sur l'île.

Incendies, pillages, tirs à balles réelles… La Guadeloupe s'est embrasée ce week-end. Initiées par un collectif d’organisations syndicales et citoyennes opposé à l'obligation vaccinale des soignants et au , les manifestations ont dégénéré en actes de vandalisme sur l'île qui ne compte que (contre près de 90% à l'échelle nationale). En déplacement à Amiens ce lundi 22 novembre, Emmanuel Macron a lancé un appel au calme face à la "crise très explosive" que traverse l'île, alors que Jean Castex reçoit dans l'après-midi les élus de l'île antillaise où des renforts policiers ont été dépêchés. Le Premier ministre et les ministres de l’Intérieur, , de la Santé , ainsi que celui des Outre-mer, écouteront leurs revendications. Cette rencontre doit permettre d’ouvrir le "dialogue sur les conséquences de l'obligation de vaccination pour les soignants et les pompiers".

Aujourd'hui, si des pneus brûlés et quelques tôles jonchent toujours la chaussée sur plusieurs artères de Pointe-à-Pitre, le nettoyage des rues commence. Les scènes de violences qui ont éclaté ces derniers jours sur l’île semblent terminées. Un grand nombre de voitures de police patrouillent désormais en ville. Elles signent . Le bilan des échauffourées est néanmoins lourd. Samedi soir, dès la tombée de la nuit, des manifestants aux visages masqués ont dressé des barrages et brûlé des voitures. Deux membres des forces de sécurité ont été blessés, et plus de 150 grenades lacrymogènes et de désencerclement ont été lancées par les gendarmes et policiers dépêchés sur place. Malgré le couvre-feu instauré par le préfet de 18 heures à 5 heures du matin, pas moins de 38 personnes ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche. Trente seront jugées ce lundi à Pointe-à-Pitre.

Ecoles fermées

Écoles, collèges et lycées sont restés fermés ce lundi, la préfecture et les bureaux de poste également. Sur fond de difficultés sociales, des revendications aux racines plus anciennes viennent se greffer et dépassent le cadr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles