Marchés français ouverture 3 h 57 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 682,66
    +39,97 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1956
    -0,0020 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 786,47
    -6,67 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    52 672,27
    -361,99 (-0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 396,04
    +15,09 (+1,09 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Ligue 1 : très amoindri, le Paris Saint-Germain condamné à la victoire face à Dijon

·1 min de lecture

Qui aurait cru qu'un déplacement du Paris Saint-Germain à la 27e journée du championnat à Dijon représenterait un véritable moment clé dans la saison si particulière des Parisiens ? Battus chez eux par Monaco dimanche, les champions de France en titre sont attendus au tournant en Bourgogne, samedi, à 17 heures. Troisièmes de Ligue 1, ils affrontent la lanterne rouge avec l'obligation de gagner s'ils veulent rester au contact de Lille et Lyon, devant eux au classement. Pour y parvenir, les joueurs de la capitale devront faire sans une partie de leur vestiaire.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

C'est en effet une mauvaise habitude prise par le Paris Saint-Germain : son incapacité chronique à vider son infirmerie. Six joueurs majeurs sont ainsi forfaits pour la rencontre face à Dijon. Marco Verratti, Mauro Icardi, Alessandro Florenzi, Neymar ou encore Angel Di Maria ne seront pas là, tout comme l'Argentin Leandro Paredes, suspendu.

"Être plus cohérents"

L'équipe alignée au coup d'envoi sera donc un peu baroque face à Dijon, un adversaire largement à sa portée sur le papier. Mais Paris a montré qu'il pouvait parfois s'égarer face à ce type d'adversaires. "Je pense qu'on a toujours ce problème dans la façon d'aborder certains matches", estime l'entraîneur, Mauricio Pochettino. "Si on joue tous les matches comme on l'a fait à Barcelone, ça risque d'être compliqué pour nos adversaires, mais parfois, ce qu'on doit faire, c'est...


Lire la suite sur Europe1