Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 203,84
    +130,69 (+0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 352,46
    -7,86 (-0,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2650
    -0,0010 (-0,08 %)
     

Ligue 1: nouveau leader surprise, Brest enfonce l'OL pour la première de Fabio Grosso

Ligue 1: nouveau leader surprise, Brest enfonce l'OL pour la première de Fabio Grosso

Rome ne s’est pas faite en un jour. Le nouvel OL non plus. Intronisé entraîneur des Gones en début de semaine, Fabio Grosso a pu mesurer l’ampleur de la tâche qui l’attend pour redresser une équipe en totale perte de confiance et de maîtrise depuis le début de la saison. Toujours à la recherche d’un succès en ce début d’exercice, le club rhodanien s'est de nouveau sabordé ce samedi sur la pelouse d’une équipe de Brest séduisante, dans la lignée de ces dernières semaines (1-0). Une quatrième défaite en six matchs qui plonge un peu plus l'équipe dans le doute, si ce n'était pas déjà le cas.

>> Revivez Brest-OL

L’OL invisible

Si le technicien italien avait répété à plusieurs reprises la nécessité pour son groupe de retrouver le goût de l’effort et du travail, il a opéré un choix fort avant même le coup d’envoi: celui de laisser Rayan Cherki sur le banc. Sans son maître à jouer mais avec les dynamiteurs Nuamah et Moreira aux côtés de Lacazette dans le 4-3-3 lyonnais, l’OL a été dominé, bousculé par une belle équipe de Brest, qui avait l’opportunité de prendre la tête du classement en cas de victoire ce samedi.

PUBLICITÉ

Dangereux dans la surface adverse, les Brestois ont mis Anthony Lopes à contribution à plusieurs reprises. Quand le portier rhodanien, l’un des seuls au niveau à Francis-le-Blé, n’était pas sur la trajectoire, la barre s’est dressée devant Le Douaron pour sauver une équipe apathique et invisible. La preuve en chiffres, avec 13 frappes bretonnes contre… une seule côté lyonnais.

Mounié en sauveur

Furieux après un premier acte indigeste, Fabio Grosso a tenté un coup de poker tactique, en laissant tomber son 4-3-3 pour amener du monde devant, avec les entrées de Mama Baldé, Tino Kadewere et Rayan Cherki. L’ancien joueur de Troyes a d’ailleurs été l’auteur de la première frappe cadrée lyonnaise… à la 53e minute. Un réveil timide qui n’efface pas les nombreux maux rhodaniens, symbolisés par une défense poreuse aidée par un brin de chance.

Remuant sur le front de l’attaque de Brest, Le Douaron a manqué d’une pointure l’ouverture du score sur un centre de Chardonnet dans les 5,50m de Lopes. Un avertissement suivi de la punition de Steve Mounié dans le money-time. Entré en cours de jeu, le numéro 9 breton s'y est repris à deux fois pour percer le verrou lyonnais d'un coup de casque parfait (87e). Un avantage logique acquis face à une équipe qui n'a toujours pas gagné cette saison.

Si la quatrième défaite de la saison est logique pour l'OL, l'urgence de résultat est de plus en plus pressante, d'autant que le club de John Textor ne décolle pas de la place de barragiste avant de se déplacer à Reims dimanche prochain. En revanche, Brest s'envole tout en haut du classement, sur le trône de la Ligue 1, devant Nice et Monaco. Et les hommes d'Eric Roy le resteront à l'issue du week-end, quel que soient les résultats de la 6e journée.

Article original publié sur RMC Sport