La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 317,63
    -174,54 (-0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Lightyear: la voiture solaire veut faire mentir ses détracteurs

Image © Challenges — E. Bergerolle

Combiner charge solaire et conventionnelle pour réduire le temps d’immobilisation autant que la taille de la batterie, telle est l’ambition de Lightyear. Rencontre avec le cofondateur, à l'approche des premières livraisons.

Lightyear prétend révolutionner le marché de la voiture électrique. Pourtant, il lui reste tout à prouver. A commencer par sa capacité à livrer le premier des 950 exemplaires prévus de sa voiture à charge (partiellement) solaire, baptisée Lightyear One. D’ailleurs, la berline à longue queue aérodynamique (5,06 mètres de long) qui s’exposait en ce mois de mai à Paris n’était encore qu’un des seize prototypes assemblés à la main. Sa forme diffère subtilement de celle du modèle définitif qui sera dévoilé le 9 juin prochain. Prix de vente officiel : pas moins de 250.000 euros, soit cent mille euros de plus que le “tarif préférentiel” accordé aux cent cinquante premiers clients visionnaires “qui furent les premiers à croire en la voiture solaire”. Une paille. La faute à l’inflation et aux pénuries qui auront retardé le lancement de près de deux ans.

La voiture solaire Lightyear n’est pas autonome en énergie : il faut la brancher sur une borne

Ce tarif proprement prohibitif met “la première voiture solaire longue distance” hors de portée de Monsieur Tout-le-Monde. Pourtant Lex Hoefsloot se défend de "viser l’élite de l’automobile de luxe”. Confiant, le CEO et cofondateur de Lightyear confirme l’objectif : "le lancement en 2024 de notre second modèle Lighyear Two, vendu aux alentours de 30.000 euros”. De quoi “proposer à nos clients l’équivalent de 600 kilomètres d’autonomie électrique pour moins cher que ce que Tesla ou bien BMW facturent.” Une promesse qui laisse quelques observateurs dubitatifs.

Lire aussi

Il n’empêche. Quelques grandes banques (Lightyear préfère taire leurs noms) ont rejoint la multitude des . Le projet industriel a encore gagné en crédibilité en avril dernier, quand les gestionnaires de l’opérateur néerlandais d’autopartage MyWheels décidaient de passer commande de cinq mille exemplaires de la Lightyear Two. Ces berlines — que personne n’a encore pu voir — viendront en 2025 compléter la flotte de véhicules en libre-service de MyWheels. Avec l’espoir[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles