Publicité
La bourse ferme dans 5 h 15 min
  • CAC 40

    8 104,37
    -28,12 (-0,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 061,22
    +2,02 (+0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0881
    +0,0021 (+0,20 %)
     
  • Gold future

    2 344,40
    +9,90 (+0,42 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 100,90
    +109,70 (+0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 485,44
    -11,02 (-0,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,92
    +1,20 (+1,54 %)
     
  • DAX

    18 810,14
    +35,43 (+0,19 %)
     
  • FTSE 100

    8 304,21
    -13,38 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 855,37
    -44,65 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 821,16
    -6,19 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2777
    +0,0006 (+0,05 %)
     

Liens troubles avec la Russie, vulgarité, sexisme : rien ne va dans Atomic Heart

Édité par Focus Interactive et déjà disponible dans le Xbox Game Pass, Atomic Heart est un jeu qui fait parler pour de très, très mauvaises raisons.

Ce mardi 21 février sort Atomic Heart. Ce titre édité par Focus Interactive peut donner envie si on regarde les bandes-annonces : un jeu de tir narratif qui rappelle les BioShock — des productions cultes qui résonnent auprès des adeptes du genre. Mais si on s’intéresse à son actualité, on se rend compte qu’il est touché par des polémiques liées à plusieurs sujets, aussi bien lié à l’origine du studio de développement qu’au ton du jeu en lui-même.

Ce qui cloche avec le jeu vidéo Atomic Heart

Les origines troubles du studio de développement

Pour comprendre la polémique politique qui entoure Atomic Heart, il faut regarder le contexte : un an après le début de l’invasion en Ukraine, un studio russe lance un jeu vidéo articulé autour d’une uchronie montrant une URSS toute-puissante. Naturellement, il y a eu des appels au boycott — à l’instar de cette vidéo publiée il y a deux semaines sur YouTube et qui a récolté plus de 1,8 million de vues. Atomic Heart se retrouve ainsi au cœur d’un débat légitime.

Se pose la question des origines du studio Mundfish, officiellement installé à Chypre (un paradis fiscal pour beaucoup d’entreprises russes,

[Lire la suite]