La bourse ferme dans 5 h 39 min

Lidl à nouveau devant la justice pour le suicide d’un salarié

Lidl à nouveau devant la justice pour le suicide d’un de ses salariés. La chaîne de distribution avait été condamnée le 4 juillet 2018 pour "faute inexcusable" après le suicide d'un technicien de maintenance en 2015. Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Marseille avait en effet reconnu la responsabilité de Lidl sur le plan civil dans ce suicide, et condamné la société allemande à verser 90.000 euros à la veuve, aux enfants et à la mère du salarié. Le distributeur ayant interjeté appel, c’est ce jeudi 21 novembre à la cour d’appel d’Aix-en-Provence de statuer sur l’affaire.

Selon 20 Minutes, l’audience en appel se tiendra ce jeudi après avoir été maintes fois repoussée pour des raisons de procédure. "Je serais surpris que Lidl fasse au cours de cette audience un mea culpa. Ils ne l’ont pas fait jusqu’à présent. Lidl fait appel. C’est son droit. Mais compte tenu du dossier, nous n’attendons qu’une seule chose : c’est la confirmation du jugement", confie Me François Burle, avocat de la mère de Yannick Sansonetti.

"Pour que Lidl prenne conscience de ce qu’ils ont fait"

L'avocat assure que sa cliente "ne fait pas cela pour l’argent mais pour que Lidl comprenne et prenne conscience de ce qu’ils ont fait". "Je compte demander 45.000 euros de dommages et intérêts car la politique managériale de Lidl a abouti à de telles conséquences, à savoir le suicide de Yannick Sansonetti, tout ça pour que le chiffre d’affaires soit en expansion. Donc il faut taper là où ça fait mal. Il faut toucher au portefeuille", a-t-il expliqué.

>> Lire aussi - Lidl reconnu responsable du suicide d'un salarié

Comme le rappelle 20 Minutes, Yannick Sansonetti, employé de Lidl, était décédé après s’être pendu le 29 mai 2015 sur son lieu de travail, un entrepôt de Rousset dans les Bouches-du-Rhône. L'entreprise avait été reconnue responsable dans ce décès pour ne pas avoir agi alors même qu’elle avait été alertée par l’Inspection du travail des "risques psychosociaux" que courait le salarié. Ce suicide

(...) Cliquez ici pour voir la suite