La bourse ferme dans 5 h
  • CAC 40

    6 619,66
    -11,49 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 115,69
    -6,74 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    34 196,82
    +322,58 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,1945
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • Gold future

    1 782,20
    +5,50 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    28 253,03
    +103,72 (+0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    805,91
    +19,29 (+2,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,98
    -0,32 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 568,11
    -21,12 (-0,14 %)
     
  • FTSE 100

    7 115,37
    +5,40 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    14 369,71
    +97,98 (+0,69 %)
     
  • S&P 500

    4 266,49
    +24,65 (+0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    29 066,18
    +190,95 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    29 288,22
    +405,76 (+1,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3901
    -0,0020 (-0,14 %)
     

Lidl à nouveau condamné pour faute inexcusable après le suicide d’un salarié à Rungis

·2 min de lecture

La cour d’appel de Paris vient de condamner Lidl pour faute inexcusable. En juillet 2014, un salarié de l’enseigne à Rungis s’était suicidé après avoir appris brutalement que ses responsables mettaient un terme à sa période d’essai.

Nouveau revers judiciaire pour l’enseigne allemande. Dans un arrêt rendu le 28 mai dernier, la cour d’appel de Paris a condamné Lidl pour “faute inexcusable” suite au suicide d’un employé de l'établissement de Rungis, le 30 juillet 2014. Ce n’est pas la première fois que l’enseigne de hard discount fait l’objet d’une telle condamnation. En janvier 2020, la cour d’appel d’Aix-en-Provence avait déjà condamné Lidl pour faute inexcusable. Et ce, également après le suicide d’un salarié, dans l’entrepôt de Rousset (Bouches-du-Rhône), en 2015.

Dans l’affaire qui vient d’être jugée par la cour d’appel de Paris, le salarié avait été engagé par Lidl en CDI, en tant que chef de projet au sein de l’établissement situé à Rungis, en mars 2014. Une période d’essai de six mois était alors prévue. Mais lors d’un entretien, le 30 juillet de la même année, son responsable a rompu sa période d’essai. Le salarié s’est alors rendu à la gare RER de Rungis et a mis fin à ses jours. En janvier 2016, ses parents ont saisi le tribunal des affaires de Sécurité sociale de Paris, afin de faire reconnaître la responsabilité de la société. Mais dans un jugement rendu en février 2017, le tribunal les a déboutés. Le 24 avril 2017, la famille a interjeté appel de ce jugement. Et ils viennent d’obtenir gain de cause, avec la décision rendue par la cour d’appel de Paris.

En s’appuyant notamment sur le témoignage d’un autre employé de l’enseigne et sur un rapport de l’inspection du travail datant de février 2015, la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un dessert mythique va faire son retour chez McDonald’s
Jeff Bezos, Elon Musk... Plusieurs milliardaires américains auraient échappé à l'impôt pendant des années

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles