Marchés français ouverture 1 h 36 min
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    26 892,37
    +153,34 (+0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,0593
    +0,0031 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    20 345,14
    -372,10 (-1,80 %)
     
  • BTC-EUR

    28 470,56
    +588,38 (+2,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    673,51
    +0,14 (+0,02 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     

La licorne Meero, le "Uber de la photo", a licencié près de 50% de ses effectifs

La licorne Meero, plateforme de mise en contact entre photographes professionnels et entreprises, a mené un vaste plan de licenciement de 50% de ses effectifs.

Sur papier glacé, la photo de famille de la licorne française . Dans les faits, elle est en train de jaunir. La start-up, plateforme de mise en relation entre photographes professionnels et entreprises, née en 2016, a supprimé à bas bruit près de 50% de ses effectifs en deux ans.

Lire aussi

Sur son site, Meero communique sur “700 salariés de 49 nationalités différentes”. Or, dans un podcast pour Innovation Leaders by TogetherbyTech, mis en ligne en juillet 2021, le CEO Thomas Rebaud déclare : “Il y a eu l’avant et l’après-Covid parce qu’on a pris un petit hit. On est 400 et quelque aujourd’hui.” Un chiffre qui coïncide avec les dernières allégations du dirigeant dans une interview donnée le 5 mai 2022 : "Meero compte à ce jour 450 employés et dispose de bureaux à New York, Tokyo, Shanghai, Mumbai, Sydney et Rio" estime-t-il. Le service presse de Meero donne, lui, 400 employés aujourd'hui.

Le "petit hit" en question correspond donc au licenciement de 350 personnes, soit près de la moitié des effectifs. Et ces ambitions sont déjà à la baisse par rapport aux objectifs d’il y a trois ans. La start-up projetait alors de recruter 1.200 personnes avant la fin de l’année 2019, .

IA en difficulté

Sorte de "Uber de la photo", Meero compte parmi ses clients Booking.com, Trivago, Deliveroo, Uber Eats, mais aussi des particuliers qui recherchent des images pour leurs cérémonies - mariages, baptêmes, etc.

La plateforme s’accompagne d’un service de livraison de photos "en 24h chrono", rendu possible par une intelligence artificielle qui opère les retouches et la post-production en temps record. La start-up a suscité l’admiration de la place parisienne en menant une levée de fonds historique de 230 millions de dollars en 2019 (205 millions d’euros) - la deuxième plus importante de l’époque après celle de l’entreprise d’hébergement de serveurs, OVH - accédant ainsi au séduisant label de licorne. Elle a embarqué jusqu’aux hommes d’affaires milliardaires Xavier Niel (Illiad) et Bern[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles