Marchés français ouverture 1 h 40 min
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 949,71
    +78,44 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0580
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    22 057,00
    -172,52 (-0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    19 628,85
    -538,93 (-2,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    451,39
    -10,40 (-2,25 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     

Licenciement pour faute simple, grave ou lourde: quelles différences?

©Anna Shvets / Pexels

PRATIQUE - Après une faute, professionnelle ou personnelle, vous pouvez être licencié. Mais les conditions de votre départ ne sont pas les mêmes si vous avez fait une faute simple, grave ou lourde.

Quel que soit votre contrat, vous pouvez être licencié à un moment de votre carrière. Cela peut venir de la santé économique de l'entreprise qui ne peut plus financer votre poste par exemple, ou bien d'une ou plusieurs fautes que vous auriez commises. Il existe trois types d'erreurs qui peuvent avoir des conséquences pouvant aller jusqu'au licenciement. Découvrez les différences entre la faute simple, grave ou lourde.

La faute simple pour un manquement professionnel

Le licenciement pour faute simple est le moins conflictuel entre l'employeur et le salarié. Il sanctionne un non-respect du contrat de travail, il s'agit donc bien d'une erreur (ou d'une accumulation) d'erreurs liées aux obligations professionnelles du salarié. Cela peut être une seule faute importante, comme un , une négligence professionnelle, un manquement à la discipline, un comportement inapproprié, ou bien plusieurs petites fautes répétées, comme des absences injustifiées. Le salarié peut d'ailleurs avoir reçu d'autres sanctions plus légères, comme un avertissement, une mise à pied ou encore un blâme avant d'être licencié.

Quoi qu'il en soit, l'employeur a deux mois pour entamer une procédure de licenciement à partir de la date à laquelle la faute a été commise ou qu'il en a été informé. Il doit alors convoquer le salarié à un entretien préalable au moins cinq jours après la réception par le salarié d'une lettre l'informant de ce rendez-vous. Le supérieur a ensuite entre 48 heures et un mois pour notifier le licenciement par lettre recommandée s'il décide de poursuivre dans cette voie. À ce stade, il peut encore poursuivre le contrat de travail et abandonner la procédure.

Dans le cas d'un licenciement, le salarié doit effectuer le préavis de départ prévu par son contrat (ou recevoir une indemnité compensatoire s'il quitte l'entreprise plus tôt) et peut toucher des indemnités de et de .

La faute grave, une sanction disciplinaire personnelle

Si la faute simple relève de l'exercice professionnel, la f[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles