La bourse ferme dans 4 h 26 min
  • CAC 40

    5 887,79
    +92,83 (+1,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 412,28
    +52,45 (+1,56 %)
     
  • Dow Jones

    30 967,82
    -129,44 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0200
    -0,0070 (-0,68 %)
     
  • Gold future

    1 759,30
    -4,60 (-0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    19 726,85
    +217,97 (+1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    435,98
    -4,05 (-0,92 %)
     
  • Pétrole WTI

    99,76
    +0,26 (+0,26 %)
     
  • DAX

    12 583,73
    +182,53 (+1,47 %)
     
  • FTSE 100

    7 146,54
    +121,07 (+1,72 %)
     
  • Nasdaq

    11 322,24
    +194,39 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 831,39
    +6,06 (+0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 107,65
    -315,82 (-1,20 %)
     
  • HANG SENG

    21 586,66
    -266,41 (-1,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,1921
    -0,0031 (-0,26 %)
     

Il licencie 570 personnes et publie la liste complète sur Internet

Le document mis en ligne par l'entreprise Klarna sur le réseau social professionnel LinkedIn met en avant de nombreuses informations personnelles des salariés ainsi que leurs préférences de conditions de travail notamment.

C'est un document polémique. Comme le rapportent Les Échos, le 23 mai dernier, la FinTech suédoise Klarna, qui offre des solutions de paiement fractionné, supprimait 700 postes, soit 10% de ses effectifs en raison de la dégradation de la situation économique. "Nous avons vu éclater une guerre tragique et inutile, un changement dans l'opinion des consommateurs, une forte hausse de l'inflation, un marché boursier très volatil et une probable récession", mettait alors en avant son patron, Sebastian Siemiatkowski. Sauf qu'il était allé plus loin mardi 31 mai. Sebastian Siemiatkowski a mis en ligne un fichier d'une grande partie de ces salariés licenciés sur le réseau social professionnel LinkedIn.

Le fichier a en réalité été partagé par un responsable marketing du groupe, puis relayé par le patron. Il avait pour but, selon nos confrères, de permettre aux salariés d'avoir de la visibilité et se faire remarquer sur le marché du travail d'autant que les profils mis en avant sont assez recherchés. Un fichier salvateur donc ? Oui, une "mine d'or" même selon le patron qui insiste sur sa "tristesse" de devoir mettre fin aux contrats de ses employés et qui espère qu'ils ne seront "pas disponibles très longtemps". Problème : ce fichier regroupant le nom de 570 personnes est bien plus précis que cela.

Car s'il renvoie vers leur compte LinkedIn, il indique aussi de nombreuses données personnelles des employés comme leur adresse, leur fonction et même leur email dans une première version. Il est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Voici les 10 métiers qui embauchent le plus en 2022 selon LinkedIn

Un salarié est-il obligé d’accepter le recours systématique aux heures supplémentaires ?
Démission du service civique : principe et effets
Service de la paie : principe et missions
Johnson & Johnson, Club Med.. ces entreprises sont les champions de la diversité
Recrutement : la (très) jolie somme offerte par un cabinet en échange de votre CV

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles