La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    41 716,04
    -9 454,71 (-18,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Libye: une élection présidentielle aussi attendue que crainte

·1 min de lecture

Dix ans après la chute de Mouammar Kadhafi et les échecs du régime parlementaire, la Libye se tourne pour la première fois vers une élection présidentielle au suffrage direct, prévue le 24 décembre. Le nouveau visage du pays suscite autant d'espoirs que de craintes.

De notre correspondant à Tunis

Les Libyens comptent sur l'élection d'un président, le 24 décembre 2021, pour régler 10 ans de chaos politique. Un constat en forme d'aveu d'échec : le régime parlementaire n'aura pas réussi à faire oublier les années Kadhafi, ni à unifier le pays. De 2014 à 2020, la Libye était politiquement divisée en deux, avec une Assemblée et un gouvernement à l'Est et à l'Ouest.

En février, un gouvernement unique a finalement vu le jour. Son objectif premier est la tenue du scrutin présidentiel et d'élections législatives. Un contrat déjà en partie raté : les élections législatives, qui devaient se dérouler également le 24 décembre, ont été reportées d'un mois. Les députés de Tobrouk et les Hauts-Conseillers à Tripoli rechignent à laisser leur place et font traîner le vote de la loi électorale.

La présidentielle ne devrait pas aller sans heurts. L'élection d'un des favoris potentiels pourrait faire retomber le pays dans la guerre civile. Qu'il s'agisse de Saïf al-Islam Kadhafi, le fils de l'ancien « Guide de la Révolution » qui n'a jamais renié les actes de son père, de Khalifa Haftar, l'homme de l'est qui a assiégé Tripoli pendant plus d'un an, ou de Fathi Bachagha, originaire de Misrata et soutenu par les Frères musulmans.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles