La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 217,37
    +17,30 (+0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Liberty Lifter : la Darpa veut faire son ekranoplan

Voilà le retour des ekranoplans, les appareils soviétiques ressemblant à un gigantesque hydravion qui utilisaient l’effet de sol pour voler à basse hauteur au-dessus de l’eau ou d’une surface plane. Mais cette fois, c’est du côté de la Darpa que ce concept veut voir le jour. Le projet porte le nom de Liberty Lifter et il consiste en un avion-cargo tactique doté d’un vaste rayon d’action. Conçu à la façon d’un hydravion, l’aéronef, devra être capable de décoller et se poser sur l’eau et de transporter de très lourdes charges. Il devra aussi rester stable, même sur des eaux démontées et aussi quitter l’effet de sol pour pouvoir voler à moyenne altitude. Comme les ekranoplans soviétiques, le Liberty Lifter pourrait évoluer au-dessus de l’eau tel un hydroglisseur, à vitesse très élevée mais, à leur différence, il devrait être plus manœuvrable et capable de voler au-dessus d’une mer agitée.

Le Liberty Lifter devra être économe à construire, disposer d’un long rayon d’action et être capable de transporter de lourdes cargaisons. Sur cette vidéo, on peut constater que la Darpa a imaginé un double fuselage. © Darpa

Un ekranoplan « low cost »

Pour le moment, la Darpa n’en est qu’à la première phase de ce projet, c’est-à-dire le concept. On peut d’ailleurs le voir dans une vidéo publiée par l’organisme (voir ci-dessus). Comme cet aéronef sera capable de transporter de lourdes charges, cela signifie que sa portance devra être très importante à basse vitesse pour assurer un amerrissage en douceur et sans casse. Il faudra aussi qu’il puisse absorber les forces des vagues. Autre contrainte, il devra pouvoir rester opérationnel en mer durant des semaines sans nécessiter de maintenance. Enfin, la Darpa souhaite réduire au maximum la facture de sa production en utilisant des matériaux plus abordables que ceux employés dans l’aviation.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles