La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 024,19
    -732,53 (-1,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Liban: le vote de la diaspora profitera-t-il aux partis «révolutionnaires» ?

·1 min de lecture

Au Liban, la session parlementaire a repris ce mardi 20 octobre. La date des élections législatives a été avancée de quelques semaines : elles se tiendront le 24 mars. La diaspora libanaise, qui représente plusieurs millions de personnes à travers le monde, sera autorisée à voter pour les 128 députés que compte la Chambre, contre 6 auparavant.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Noé Pignède

C’est un local de campagne modeste, à quelques encablures du port de Beyrouth. Sur la table, il y a une machine à café et quelques affiches du parti « Troisième voix pour le Liban », un parti issu du mouvement de contestation contre les élites du 17 octobre 2019.

Lina Hamdan est candidate à la Chambre des députés. Elle salue la décision du Parlement d’ouvrir pleinement les élections législatives à la diaspora libanaise.« Nous comptons sur toute cette jeunesse libanaise qui a émigré pour aller trouver du travail ailleurs, parce qu’ils ont des idées révolutionnaires, c’est-à-dire des idées modernes. Ils veulent des réformes, ils veulent le redressement du pays, et nous comptons sur ce nouveau sang pour faire revivre ce Parlement qui est vraiment inactif », dit-elle.

Demande des partis révolutionnaires

La demande de ce vote pour la diaspora émanait notamment des partis dits « révolutionnaires » issus du mouvement social du 17 octobre 2019, quand des dizaines de milliers de Libanais étaient descendus dans la rue pour demander le départ de la classe politique. Car beaucoup des électeurs potentiels de partis comme Troisième voix ont quitté le pays ces derniers mois, épuisés par la crise économique et politique que traverse le Liban. Alors pour faire campagne, les militants comptent avant tout sur Internet.

►À écouter aussi : Liban: 17 octobre, la révolution manquée

« Moi, si je prends la génération de mes amis, on était dix amis d’enfance, je suis le seul au Liban. Et eux, je sais qu’ils suivent ce qui se passe au Liban à travers les réseaux sociaux. Donc, aujourd’hui, le porte-à-porte se fait pour les gens ‘aux cheveux blancs’, mais la jeunesse, surtout la diaspora, c’est sur les réseaux sociaux », estime Rafic al Helou, la trentaine.

Grâce à une mobilisation massive des millions de Libanais à travers le monde, le mouvement espère une percée significative au Parlement. Pour rafler le maximum de voix chez les jeunes, il demande désormais l’abaissement de la majorité légale de 21 à 18 ans.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles