La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 220,21
    -173,54 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    14 068,73
    -105,41 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 441,30
    +279,50 (+0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2130
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 638,53
    -203,60 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    32 977,53
    -788,30 (-2,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    995,75
    -14,86 (-1,47 %)
     
  • S&P 500

    4 240,43
    -14,72 (-0,35 %)
     

Liban: Démission du chef de la diplomatie après ses propos sur les pays du Golfe

·2 min de lecture
LIBAN: DÉMISSION DU CHEF DE LA DIPLOMATIE APRÈS SES PROPOS SUR LES PAYS DU GOLFE

BEYROUTH (Reuters) - Le ministre libanais des Affaires étrangères a demandé mercredi à être relevé de ses fonctions, a indiqué la présidence du Liban, après ses commentaires jugés problématiques sur des pays alliés du Golfe.

Charbel Wehbe, ministre du gouvernement de transition, a semblé blâmer les pays du Golfe pour la montée en puissance du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie. "Ces pays d'amour, d'amitié et de fraternité nous ont apporté l'Etat islamique", a-t-il dit dans un entretien télévisé lundi, sans nommer les pays.

Après avoir rencontré le président Michel Aoun, Charbel Wehbe a déclaré qu'il avait soumis une demande de démission "à la lumière des récents développements".

Il a également rencontré le Premier ministre intérimaire Hassan Diab et a dit, à l'issue de cette discussion, qu'il espérait que sa décision apaiserait les relations avec les pays du Golfe.

Le président libanais Michel Aoun a déclaré mardi que les commentaires critiques effectués par son ministre des Affaires étrangères ne reflétaient pas la politique officielle de Beyrouth, cherchant à éviter des tensions supplémentaires avec des pays alliés et donateurs.

Empêtré dans sa pire crise économique depuis la guerre civile de 1975-1990, le Liban a perdu le précieux soutien financier que lui apportaient jadis les pays sunnites du Golfe, lesquels sont de plus en plus agacés par l'influence grandissante au Liban du Hezbollah chiite soutenu par l'Iran - leur grand rival régional.

L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït et Bahreïn ont convoqué les émissaires du Liban dans leurs pays respectifs après ces remarques.

Il n'a pas été immédiatement précisé qui remplacerait Charbel Wehbe en tant que ministre des Affaires étrangères intérimaire.

(Laila Bassam et Maha El Dahan; version française Camille Raynaud et Kate Entringer, édité par Blandine Hénault)