La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2148
    +0,0063 (+0,52 %)
     
  • Gold future

    1 843,30
    +19,30 (+1,06 %)
     
  • BTC-EUR

    41 349,22
    +761,64 (+1,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 405,51
    +46,95 (+3,46 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,36
    +1,54 (+2,41 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4099
    +0,0047 (+0,34 %)
     

Libérez Britney Spears !

·2 min de lecture

C’est l’une des plus grandes stars du monde, mais à 39 ans, elle n’a pas plus d’autonomie qu’une fillette de 10 ans. En 2008, pour la protéger d’elle-même et d’un entourage toxique, les juges l’ont placée sous la tutelle de son père. Depuis, la chanteuse a enregistré quatre albums et participé à autant de tournées. Alors qu’un documentaire sur Amazon Prime Video plaide sa cause, elle espère au moins changer de geôlier.

Plus d’interviews, de sorties remarquées, de photos. Britney Spears est devenue discrète. Trop. Elle n’a donné aucun concert depuis 2018, n’a sorti aucun disque depuis 2016. Son compte Instagram fournit bien quelques nouvelles à ses 28 millions d’abonnés. Là où Jennifer Lopez et Céline Dion ont su créer une interface policée donnant un aperçu étudié de leur vie de mère et de chanteuse, Britney poste des photos d’œuvres d’art kitsch, des citations mièvres, des selfies. Surtout, elle partage régulièrement ses vidéos en train de danser seule dans son salon. Des milliers de fans essaient de comprendre. Des théories qui frôlent le complotisme suggèrent même que Britney lancerait ainsi des appels à l’aide. Le plus intrigant reste la banalité de ses messages.

Lire aussi:Comment Britney Spears a été humiliée et détruite par une société misogyne

Le 5 février 2021, un début de réponse se dessine. Le sérieux « New York Times » produit le documentaire « Framing Britney Spears » (« Piéger Britney Spears », disponible en version française depuis le 5 avril). Il révèle au grand public ce que des fans aguerris clament depuis des années : Britney Spears n’est pas une femme libre.

Lire aussi:Britney Spears confie avoir "beaucoup pleuré" suite au documentaire qui lui est consacré

À 39 ans, l’artiste n’a pas accès à sa fortune, estimée à plus de 60 millions d’euros. Elle n’a pas le droit de conduire, de consulter un médecin ou même de s’acheter un café sans demander l’autorisation à son père. Depuis treize ans, James Sparnell Spears contrôle ses contrats et son agenda, régule les allées et venues de ses visiteurs, choisit ses gardes du corps, ses avocats et son staff. Le tout aux frais de sa fille qui n’a légalement pas le droit de(...)


Lire la suite sur Paris Match